427 fans | Vote

#415 : Planet of the Dead ... Planète morte

Un bus de Londres dans lequel voyagent le Docteur et une mystérieuse jeune femme se retrouve subitement dans un monde étranger, une planète de sable. Afin d'élucider ce mystère, le Docteur se joint à la surprenante Lady Christina de Suza. Mais la planète contient un terrifiant secret caché dans le sable.

 

Cet épisode spécial est un des 3 hors-saison se situant entre les saisons 4 et 5. Il se situe après l'épisode de Noel The Next Doctor (CyberNoel), et peut être considéré comme le 4.15. Il a été diffusé en Paques 2009.

Popularité


4.5 - 2 votes

Titre VO
Planet of the Dead

Titre VF
Planet of the Dead ... Planète morte

Première diffusion
11.04.2009

Première diffusion en France
27.03.2010

Vidéos

Bande-annonce

Bande-annonce

  

Bande-annonce 2

Bande-annonce 2

  

Photos promo

Lady Christina de Souza- Planète morte

Lady Christina de Souza- Planète morte

Le Docteur - Planète morte

Le Docteur - Planète morte

Le Docteur - Planète morte

Le Docteur - Planète morte

Le Docteur - Planète morte

Le Docteur - Planète morte

Le Dizième Docteur - Planète morte

Le Dizième Docteur - Planète morte

Un passager- Planète morte

Un passager- Planète morte

Lady Christina de Souza- Planète morte

Lady Christina de Souza- Planète morte

Un tritovore - Planète morte

Un tritovore - Planète morte

Une raie métallique- Planète morte

Une raie métallique- Planète morte

Une passagère panique- Planète morte

Une passagère panique- Planète morte

Un passager- Planète morte

Un passager- Planète morte

Le capitaine Erisa Magambo-Planète morte

Le capitaine Erisa Magambo-Planète morte

Carmen et son mari-Planète morte

Carmen et son mari-Planète morte

Un tritovore - Planète morte

Un tritovore - Planète morte

Un passager-Planète morte

Un passager-Planète morte

 Professeur Malcolm Taylor-Planète morte

Professeur Malcolm Taylor-Planète morte

 Professeur Malcolm Taylor-Planète morte

Professeur Malcolm Taylor-Planète morte

 Professeur Malcolm Taylor-Planète morte

Professeur Malcolm Taylor-Planète morte

Le groupe de passagers- Planète morte

Le groupe de passagers- Planète morte

Le Docteur et Lady Christina de Souza- Planète morte

Le Docteur et Lady Christina de Souza- Planète morte

Le Docteur et Lady Christina de Souza- Planète morte

Le Docteur et Lady Christina de Souza- Planète morte

Le Docteur - Planète morte

Le Docteur - Planète morte

Lady Christina de Souza- Planète morte

Lady Christina de Souza- Planète morte

Plus de détails

Scénaristes : Russell T. Davies et Gareth Roberts

Réalisateur : James Strong.

 

Distribution:

David Tennant ... Le Docteur
Michelle Ryan ... Lady Christina de Souza
Lee Evans ... Professeur Malcolm Taylor
Noma Dumezweni ... Capitaine Magambo
Adam James ... D.I. McMillan
Glenn Doherty ... Sergent Dennison
Victoria Alcock ... Angela
David Ames ... Nathan
Ellen Thomas ... Carmen
Reginald Tsiboe ... Lou
Daniel Kaluuya ... Barclay
Keith Parry ... Chauffeur du bus
James Layton ... Sergent Ian Jenner
Paul Kasey ... Sorvin
Ruari Mears ... Praygat

 

A savoir:

  • C'est le premier épisode de la série à avoir été filmé en HD. Il a été nominé en avril 2010 pour un Hugo Award.
  • La prophétie de Carmen est identique à celle des Oods dans Le Chant des Oods : « Votre chanson va finir » (Your song is ending) Il revient, il revient à travers le noir. Et ensuite, Docteur... il frappera quatre fois. » (It is returning, it is returning through the dark. And then Doctor... oh, but then...he will knock four times.)
  • Le bus porte le numéro 200 car il s'agirait de la 200ème histoire de Doctor Who écrite pour la télévision. Russell.T.Davies a lui-même reconnu que c'est un chiffre contestable selon que l'on compte certaines histoires comme un épisode unique ou non.
  • Christina appelle Le Docteur "Homme de l'espace", comme le faisait Donna.

Suite au vol d'une célèbre relique en or dans un musée de Londres, et poursuivie par la police, une mystérieuse jeune femme, Lady Christina de Suza, embarque dans un bus londonien, le 200. C'est à l'intérieur de celui-ci qu'elle rencontrera le Docteur, ce dernier enquêtant sur des phénomènes bizarres.

Quelques instants plus tard, alors que la police est toujours aux trousses de Lady Christina et l'a localisée, en passant dans un tunnel, le bus se retrouve transporté dans le désert d'une planète inconnue, étant passé à travers un vortex temporel. Mais ce n'est pas un hasard, même si le Docteur tente de le faire croire aux passagers. D'ailleurs, une femme possédant un don et capable d'entendre des voix, lui dira que la Mort les attend sur cette planète.

Cherchant à comprendre ce qui s'est passé et comment revenir sur Terre, le Docteur, secondé par la jeune femme, devra aussi s'occuper des quelques autres passagers tout en se servant des aptitudes de chacun, alors que le chauffeur, tentant de rentrer dans son monde par le tunnel, est désintégré.

Sur cette planète à priori déserte, le Docteur et Christina, qui se sont éloignés du groupe, rencontrent les tritovores, des aliens avec une tête de mouche.  Ils ne sont pas une menace, car eux aussi se sont retrouvés sur cette planète quand leur vaisseau a eu un problème et s'est écrasé. Ceux-ci leurs apprennent qu'avant d'être un désert, la planète était belle et active, ressemblant à la Terre, mais que la venue d'une espèce de carpes métalliques volantes a détruit tout ce qui s'y trouvait en très peu de temps. Après avoir consumé la planète entière, ils veulent migrer sur une autre planète, la Terre.

Avec leur aide et celle de Christina, le Docteur trouve le moyen de s'échapper alors que les créatures, agressives, arrivent. Le Seigneur du temps comprend que la jeune femme, pourtant riche, est une voleuse. Juste avant de s'enfuir, à la dernière minute, Le Docteur ne pourra malheureusement pas sauver les tritovores.

Avec l'aide de UNIT qu'il a réussi à contacter, le Docteur, au bout d'un long travail parsemé de dangers, parvient à échapper aux créatures et à revenir sur Terre avec le bus et ses passagers, tous sains et saufs, en passant par le portail spatial créé par les carpes volantes, et de le fermer avant l'arrivée de ces dernières, sauf quelques unes qui sont rapidement détruites.

Lady Christina se fait arrêter par la police sous le regard du Docteur qui ne réagit pas. Il dit qu'elle doit assumer la responsabilité de ses actes, alors que la jeune femme pensait voyager avec lui. Pourtant, grâce à son tournevis sonique, le Docteur va ouvrir les menottes de Christina qui en profite et s'échappe avec le bus volant, sous les yeux des passagers, de l'Unit, des policiers et du Docteur, chacun réagissant de manière différente.

Le Docteur s'en va avec son Tardis, après une terrifiante prédiction de la femme voyante du bus : "Votre Chanson touche à sa fin... Il revient des ténèbres... Il frappera 4 fois" !

 

FIN

EXT. NUIT, LONDRES

Après une vue aérienne de la ville, la caméra se rapproche de l’imposant bâtiment de l’International Gallery.

 

INT. MUSEE, NUIT

Un calice en or est sous un champ d’énergie. Des gardes, armés, arrivent.

GARDE 1 : À vos postes.

Les gardes prennent position autour du calice.

GARDE PRINCIPAL : Bonne nuit.

Un petit trou s’ouvre au centre du dôme juste au-dessus du calice révélant un visage masqué. La personne descend avec une corde, prend le calice et presse un bouton à sa ceinture pour remonter. Un des gardes se retourne et voit une statue de chat. La personne s’échappe par le hall d’entrée, s’arrête et enlève sa cagoule. Il s’agit d’une femme avec de longs cheveux bruns. L’alarme s’enclenche et elle s’enfuit.

 

EXT. NUIT, LONDON ALLEY

La jeune femme s’arrête lorsqu’elle voit son complice être arrêté.

FEMME : Désolée, chéri.

Elle court dans la direction opposée vers une rue bondée où la police la recherche. Quand le policier en charge arrive et semble se rapprocher d’elle, elle saute dans le premier bus.

 

INT. BUS, NUIT

FEMME : Bonjour. Je suis vraiment confuse, mais cet appareil, c'est bien pour les Pass Lobster ?

CONDUCTEUR : Pass Oyster.

FEMME : Voilà, c'est bien le problème. Je ne l'utilise que les mois en R.

CONDUCTEUR: On est en avril.

De nouveau dans la rue, l’inspecteur donne ses ordres à ses hommes.

INSPECTEUR : Allez-y !

FEMME (elle quitte ses boucles d’oreilles) : Des diamants. Ils sont vrais. (Elle les met dans la main du chauffeur). Démarrez !

CONDUCTEUR : Ça me va.

Alors que la femme s’assoit, on voit un homme rejoignant le bus, il monte et valide sa carte.

CONDUCTEUR : J'allais partir !

L’homme s’assoie à cote de la femme, c’est le Docteur. Il tient un œuf en chocolat.

DOCTEUR : Bonjour, je suis le Docteur. Joyeuses Pâques !

 

GENERIQUE

 

EXT. RUE, NUIT

L’inspecteur donne des ordres.

INSPECTEUR : Bien, sécurisez le quartier. Évacuez tous ces gens. Elle ne peut pas être allée bien loin. Elle est dans le bus ! Elle est... Vite ! Prenez la voiture ! C'est bien elle. Allez, plus vite!

Un officier parle dans la radio.

OFFICIER : Robinson, dégagez la route. Bouclez le quartier.

Alors qu’il se retourne l’inspecteur voit la femme dans le bus.

INSPECTEUR : Elle est dans le bus ! Elle est... Vite ! Prenez la voiture ! C'est bien elle. Allez, plus vite ! (Il court à sa voiture et saute dedans). Jackson, suis ce bus !

Les voitures de police suivent le bus.

 

INT. BUS, NUIT

Le Docteur parle à la femme.

DOCTEUR: En réalité, je fête rarement Pâques. Je ne le trouve jamais, ce n'est jamais au même moment. Cela dit, je me souviens du tout premier. Entre vous et moi, voilà comment ça s'est passé...

Un son de bip se fait entendre et le Docteur donne l’œuf en chocolat à la femme pendant qu’il cherche quelque chose dans sa poche.

DOCTEUR : Désolé, tenez-moi ça. En fait, finissez-le. C'est plein de sucre et je veux vraiment préserver ces dents. (Il montre ses dents et sort un gadget de sa poche). Ah ! Oh, ça s'agite ! (il l’agite, obtenant des regards surpris d’un autre passager). Je détecte quelque chose de très étrange.

FEMME : Je connais ça.

Elle regarde par la fenêtre.

 

EXT. UNE RUE, NUIT

Les policiers poursuivent le bus.

INSPECTEUR (dans la radio) : À toutes les unités, immatriculation W974 GHM. Ils vont vers le tunnel de Gladwell Road. Stoppez tout trafic. Fermez le côté nord.

Le bus entre dans le tunnel.

 

INT. BUREAU DE LA POLICE

Une policière observe le bus sur son écran.

FEMME OFFICIER : Le bus est entré côté sud.

 

EXT. LA RUE, NUIT

La poursuite continue.

FEMME OFFICIER (dans sa radio) : Suivi des officiers en chasse. Des patrouilles arrivent du côté nord.

Un groupe de policiers se gare, bloquant la sortie du tunnel. Un officier en uniforme sort de sa voiture et prend sa radio pour parler.

OFFICIER : Tango 183 à l'autre bout du tunnel. J'ai condamné la sortie. Ils sont bloqués, terminé.

 

INT. TUNNEL, NUIT

La voiture de l’inspecteur suit toujours le bus.

INSPECTEUR : Je suis juste derrière. On la tient !

 

INT. BUS, NUIT

Le docteur parle à la femme mais elle l’ignore.

DOCTEUR : Je cherche des particules de rhondium Cette chose les détecte. La petite parabole devrait tourner, celle-là, ici...

FEMME : Là, tout de suite, un moyen de sortir serait bien utile. Vous pouvez m'en détecter un ?

L’un des passagers, une femme noire, regarde son époux.

FEMME NOIRE : Lou. Tu les entends ?

LOU : Qui ça, ma chérie ?

FEMME NOIRE : Les voix. Toutes ces voix. Qui nous appellent. De si loin.

DOCTEUR : Oh, la petite parabole tourne !

FEMME : Fascinant.

DOCTEUR : Elle tourne bien.

La parabole commence à tourner très vite jusqu’à ce qu’une partie de l’objet explose. Une passagère se retourne vers le Docteur.

PASSAGERE : Vous pourriez faire attention ?

DOCTEUR (se lève) : Désolé, c'était ma petite parabole.

FEMME : Vous ne pouvez pas l'éteindre ?

DOCTEUR (se retourne vers la femme) : Quel est votre nom, déjà ?

FEMME : Christina.

DOCTEUR : Christina, accrochez-vous bien. (Il s’assoit à côté de Christina et se tient). Accrochez-vous tous !

Le bus vacille et tremble. Les passagers hurlent alors qu’ils sont secoués. Le Docteur tombe au sol.

FEMME NOIRE : Les voix ! Oh, les voix, elles hurlent !

Une des fenêtres se brise et des étincelles s’échappent des câbles. Un jeune homme tombe dans les escaliers.

JEUNE HOMME : Que se passe-t-il ?

Une lumière aveuglante et d’autres fenêtres se brisent. Le Docteur se rapproche du conducteur.

 

EXT. RUE, NUIT

D’autres voitures de police arrivent pour bloquer la sortie du tunnel.

OFFICIER (dans sa radio) : Tango 183. Patrouilles en position, monsieur. Désolé, mais il n'y a aucun signe du bus. Terminé.

 

INT. TUNNEL, NUIT

L’inspecteur se tient au milieu du tunnel.

INSPECTEUR : Il a disparu. Juste sous mes yeux. Le bus a tout simplement... disparu.

 

EXT. RUE, NUIT

INSPECTEUR (dans la radio) : Terminé.

 

INT. BUS, JOUR

Le Docteur se relève et regarde autour de lui. Le soleil brille à travers les vitres. Il marche jusqu’à la portière, l’ouvre et ne voit autour de lui qu’un paysage désertique.

DOCTEUR : Terminus... (il fait un pas dehors). J'ai comme l'impression qu'on est allés un peu plus loin que Brixton.

Christina et les autres passagers le suivent. Le capot du bus est brisé et de la fumée s’en échappe. Il n’y a rien autour d’eux.

 

UN ECRAN

Le bus et les passagers apparaissent sur un écran. Une pince tape sur l’écran et on entend des bavardages étranges.

 

INT. BUS, JOUR

LOU : Nous devrions sortir ! Même si c'est le Sahara, on ne peut pas rester à bord.

FEMME NOIRE : Je ne sors pas de là ! Elles nous appellent toujours. Tout autour de nous. Les voix pleurent.

LOU : Quelles voix, ma chérie ?

FEMME NOIRE : Les Morts... Nous sommes entourés par les Morts.

 

EXT. DESERT, JOUR

Le Docteur, presque allongé sur le sol, laisse du sable s’échapper de ses doigts.

PASSAGERE : C'est impossible. Il y a trois soleils. Trois !

JEUNE HOMME NOIR : Comme quand toutes ces planètes étaient dans le ciel !

JEUNE HOMME : Mais c'était la Terre qui avait bougé, non ?

JEUNE HOMME NOIR : Bon sang, on est dans un autre monde !

CONDUCTEUR : Il est encore intact ! Ça n'est pas si grave qu'il y paraît. Le châssis tient le coup. Oh, mon patron va me tuer !

PASSAGERE : Est-ce qu'il peut rouler ?

CONDUCTEUR : Oh non, les roues sont coincées. Regardez, elles ne bougeront jamais.

 

EXT. TUNNEL, NUIT

L’inspecteur se rapproche de l’officier.

INSPECTEUR : Dennison, écoutez. Nous avons fermé ce côté du tunnel, rien ne doit en sortir.

DENNISON : Mais je ne comprends pas, monsieur. Comment un bus peut-il disparaître ?

 

EXT. DESERT, JOUR

Christina, qui a enlevé sa veste, porte un petit débardeur noir. Elle met des lunettes de soleil.

CHRISTINA : Parée à toute éventualité !

Le Docteur l’observe, quitte ses lunettes, utilise son tournevis sonique et les remet maintenant teintées.

DOCTEUR : Moi aussi !

Il observe de nouveau le sable.

CHRISTINA : Et comment vous appelez-vous ?

DOCTEUR : Je suis le Docteur.

CHRISTINA : Votre nom, pas votre titre.

DOCTEUR : Le Docteur.

CHRISTINA : Prénom ?

DOCTEUR : Le Docteur.

CHRISTINA : Vous vous appelez "le Docteur" ?

DOCTEUR : Oui, en effet.

CHRISTINA : C'est pas un nom, c'est un problème psychologique.

DOCTEUR : Ce sable est curieux. Il contient quelque chose d'autre. (Il met du sable sur sa langue et le goute). Ah, c'est pas bon.

CHRISTINA : C'est normal, c'est du sable.

DOCTEUR : Non, il a un goût de... (Il se lève). C'est rien.

CHRISTINA : Qu'est-ce qu'il y a ?

Les autres passagers s’approchent et le jeune homme noir pointe le Docteur du doigt.

JEUNE HOMME NOIR : Attendez un peu, je vous ai vu, vous ! Vous aviez ce truc, cette machine ! C'est vous qui avez fait ça ?

DOCTEUR : Des humains à bord d'un bus et c'est toujours de ma faute. Écoutez ! En fait, je surveillais un trou dans le tissu de la réalité. Oui, c'est un hobby. Mais ce trou était tout petit, sans aucun danger. Soudain, il s'est agrandi et on est passé à travers.

CONDUCTEUR: Alors où est-il ? Il n'y a rien, juste du sable !

DOCTEUR : Très bien. Vous voulez des preuves ? (il se baisse et prend un peu de sable). On est passé à travers ça.

Le Docteur jette le sable derrière le bus, révélant un vortex qui disparait aussitôt.

 

EXT. TUNNEL, NUIT

Le vortex apparait brièvement à l’entrée du tunnel.

INSPECTEUR : Bon sang, c'était quoi, ça ?

 

EXT. DESERT, JOUR

CHRISTINA : Et c'est ?

DOCTEUR : Un vortex. Une porte dans l'espace.

CONDUCTEUR : Donc de l'autre côté, c'est chez nous ? On peut retourner à Londres par-là ?

DOCTEUR : Le bus est passé, mais on ne peut pas.

CONDUCTEUR (il regarde les autres) : Alors qu'est-ce qu'on attend ?

DOCTEUR : Non !

CONDUCTEUR (il marche vers le portail) : Je rentre chez moi !

DOCTEUR : Non !

Le conducteur pénètre dans le vortex et hurle alors que son corps prend feu.

 

EXT. TUNNEL, NUIT

Le corps du conducteur, maintenant squelettique, continue de traverse le vortex et s’effondre sur le sol de l'autre côté. L’inspecteur et les policiers restent choqués.

 

EXT. DESERT, JOUR

JEUNE HOMME NOIR : C'était un squelette, mec ! Il n'avait plus que des os !

 

EXT. TUNNEL, NUIT

L’inspecteur observe le squelette encore fumant.

INSPECTEUR : Dennison... Je crois qu'on est dépassés, là. Il nous faut des experts. (Dans sa radio) : Appelez UNIT. Code d'urgence numéro 1 !

 

EXT. DESERT, JOUR

DOCTEUR (retourne dans le bus) : C'est grâce au bus. Regardez les dégâts, c'est le bus qui nous a protégés. Une belle grosse boîte en métal.

CHRISTINA : Comme une cage de Faraday ?

Un jeune homme rassure une des passagères.

JEUNE HOMME : C'est comme pendant un orage ? L'endroit le plus sûr est une voiture, car le métal conduit la foudre. On a vu ça en cours.

CHRISTINA : Mais si on ne peut traverser qu'avec le bus... Une cage de Faraday doit être fermée. Le bus a été éventré.

DOCTEUR : C'est un peu différent avec un vortex. Il y a assez de métal pour que ça marche, je pense. J'espère.

CHRISTINA : On doit donc faire rouler un bus de 5 tonnes, qui est pour l'instant ensablé. Et nous avons nos mains pour seuls outils. C'est bien ça ?

DOCTEUR : Je dirais 9,5 tonnes, mais le problème reste le même.

CHRISTINA : Nous devons donc aborder le problème avec discipline ! Commençons par désigner un leader.

DOCTEUR : Oui, enfin ! Merci, alors...

CHRISTINA : Une chance que je sois là ! Faites tous ce que je vous dis. Tout le monde dans le bus !

JEUNE HOMME Ce n'est pas dangereux ?

CHRISTINA : Je pense que tout est dangereux, mais à choisir, je préfère cuire là-dedans à rôtir dehors, c'est plus lent. Allez-y, tous à bord ! Vous aussi, "le Docteur".

DOCTEUR : Oui, Madame.

CHRISTINA : Allez !

 

INT. BUS, JOUR

CHRISTINA : Cinquième point, et c'est crucial : ne paniquez pas. En dehors du reste, l'odeur de transpiration à bord atteint des sommets atroces. Pas la peine d'en rajouter Sixième point, Identification. Vos noms. Je suis Christina, et cet homme est apparemment "le Docteur".

DOCTEUR : Bonjour.

CHRISTINA : Et vous ?

JEUNE HOMME : Nathan.

JEUNE HOMME NOIR : Je suis Barclay.

PASSAGER : Angela, Angela Whittaker.

LOU : Je suis Louis, tout le monde m'appelle Lou et voici Carmen.

CHRISTINA : Très bien. Mémorisez ces noms. Il pourrait y avoir un test. Septième point, identification et application des connaissances. C'est à vous, « le Docteur ».

DOCTEUR : Je croyais que vous étiez le chef.

CHRISTINA : C'est le cas. Et un bon leader utilise ses forces. Vous semblez être la tête du groupe. Allez-y, utilisez votre tête.

DOCTEUR (s’assoie à sa place) : Bien. Bon, le vortex. Nous étions au mauvais endroit au mauvais moment. Ce n'était qu'un accident.

CARMEN : Non, c'est faux. Cette chose, la porte. Quelqu'un l'a faite. Dans un but précis.

DOCTEUR : Comment le savez-vous ?

LOU : Elle a un don. Depuis toute petite, elle... sait des choses. On joue au loto, deux fois par semaine.

CHRISTINA : Vous n'avez pas l'air millionnaire.

LOU : Non, mais on gagne 10 livres. Chaque semaine, deux fois par semaine, 10 livres. Ne me dites pas que ce n'est pas un don !

DOCTEUR (cache ses mains derrière son dos, dévoilant trois doigts) : Dites-moi, Carmen. J'ai combien de doigts ?

CARMEN : Trois. (Le Docteur ajoute un doigt) Quatre.

DOCTEUR : Très bien ! Habilité psychique de bas niveau, exacerbée par un soleil alien. (il s’assoie près de Carmen). Que voyez-vous, Carmen ? Dites-moi. Qu'y a-t-il dehors ?

CARMEN : Quelque chose... Quelque chose arrive. Ça se déplace avec le vent. Et ça brille.

DOCTEUR : Qu'est-ce que c'est ?

CARMEN : La Mort. La Mort arrive.

ANGELA (murmurant) : On va mourir.

BARCLAY : Je le savais, je l'avais dit.

NATHAN : Si on meurt ici, on ne nous trouvera jamais.

Les voix des passagers commencent à monter.

CHRISTINA : Ça n'aide pas vraiment.

BARCLAY : La ferme, on n'est pas vos soldats.

NATHAN : Ça ne sert à rien... On va finir comme le chauffeur ?

CHRISTINA : Arrêtez tous de pleurnicher !

DOCTEUR : C'est bon. Arrêtez ! Tout le monde se tait !

La dispute s’arrête et seuls les pleurs d’Angela se font entendre. Le Docteur se dresse devant elle et agrippe ses épaules.

DOCTEUR : Angela, regardez-moi. Angela, j'ai une question pour vous. C'est ça, regardez-moi. (elle arrête de pleurer et le regarde). Voilà. Angela, répondez à cette question. Quand vous êtes montée à bord, où alliez-vous ?

ANGELA : Ça n'a plus d'importance.

DOCTEUR : Répondez.

ANGELA : Je rentrais chez moi.

DOCTEUR : Qui y a-t-il chez vous ?

ANGELA : Moi et Mike. Et Suzanne. C'est ma fille. Elle a 18 ans.

DOCTEUR : Suzanne. Bien. (il s’assoie et se tourne vers Barclay). Et toi ?

BARCLAY : J'sais pas. J'allais chez Tina.

DOCTEUR : Qui est-ce, ta petite amie ?

BARCLAY : Pas encore.

Il sourit discrètement.

DOCTEUR : C'est bien. Et toi, Nathan ?

NATHAN : Je suis un peu à cours d'argent, j'ai perdu mon boulot la semaine dernière. Je comptais rester chez moi, regarder la télé.

DOCTEUR : Super, et vous deux ?

LOU : Je devais faire la cuisine.

CARMEN : C'est son tour ce soir. Moi, je nettoie.

DOCTEUR : Qu'est-ce qu'on mange ?

LOU : Des côtelettes. Des bonnes côtelettes en sauce. Rien de particulier.

DOCTEUR : Oh, c'est particulier, Lou. C'est vraiment très particulier. Des côtelettes en sauce. Et vous, Christina ?

CHRISTINA : J'allais... très loin.

DOCTEUR : Très loin. Des côtelettes. La TV. Mike, Suzanne et la pauvre Tina.

BARCLAY : Hé !

DOCTEUR : Pensez à eux. Car cette planète dehors, les trois soleils, les vortex, le sable, cette planète n'est rien. Vous m'entendez ? Rien comparée à tout ce qui vous attend. La nourriture, la maison, les gens, accrochez-vous à ça. Car on va les retrouver. Je le promets. Je vais vous ramener chez vous.

 

EXT. TUNNEL, NUIT

Un petit convoi de camions et de voitures s’avance vers le tunnel alors que UNIT arrive pour prendre en charge la situation.

SOLDAT 1 : Section une, en position ! Section deux, en position !

SOLDAT 2 : Section trois, en position !

SOLDAT 3 : Section quatre, en position !

Les soldats prennent position face au tunnel, armés jusqu’aux dents. Deux autres enlèvent la bâche d’une mitrailleuse montée sur le toit d’un camion.

SOLDAT 1 : Déployez-vous !

Une femme officier sort d’une voiture.

FEMME OFFICIER : Isolez la zone !

SOLDAT 1 : Oui, Madame.

Il part.

FEMME OFFICIER : Établissez une zone de confinement. S'il y a des médias, faites-les reculer. Des problèmes, réglez-les.

SOLDAT 2 : Oui, Madame.

Il part.

FEMME OFFICIER : Je veux les véhicules en formation. Procédure 5 standard. Tous les officiers me font leur rapport via le Sergent Calhoon, c'est compris ?

SOLDAT 3: Oui, Madame.

Il part.

INSPECTEUR : Capitaine, je suis l'inspecteur McMillan.

CAPITAINE : Dégagez la zone, merci.

McMILLAN : Oui, mais j'étais là quand la... chose... le bus, avec le...

CAPITAINE : J'ai lu le rapport. Dégagez la zone ! Pandovski, faites sortir ces hommes.

McMILLAN (est arrêté par des soldats) : Oui mais... Il y a quelqu'un dans ce bus... elle est à moi !

SOLDAT : Reculez, monsieur. Reculez, monsieur.

La Capitaine vient se mettre devant les soldats.

CAPITAINE : Gardes, soyez prêts. Restez vigilants. S'il y a une activité ennemie, tirez pour tuer.

 

EXT. DESERT, JOUR

Barclay et Nathan sortent du bus, les coussins des sièges dans les mains. Le Docteur les rejoint.

DOCTEUR : Hé voilà ! Bien les garçons ! On pose une surface plane entre le bus et le vortex, comme des planches et on repart en sens inverse !

CHRISTINA : Dégonflez un peu les pneus, juste un peu. Pour répartir le poids du bus et donner plus d'adhérence.

DOCTEUR : Oh, très bien !

CHRISTINA : Vacances dans le Kalahari.

BARCLAY : Oui, mais les roues sont enterrées.

CHRISTINA : Alors creusez.

BARCLAY : Avec quoi ?

CHRISTINA : Avec ça.

Elle cherche dans son sac et en sort une pelle « de poche ». Le Docteur la prend, l’ouvre et la tend à Barclay.

DOCTEUR : Autre chose là-dedans ?

CHRISTINA : Essayez ça, ça devrait aider pour les sièges.

Elle donne à Nathan une petite hache.

NATHAN : Merci !

Il prend la hache et retourne vers le bus.

ANGELA (dans le bus) : Je ne trouve pas les clés.

DOCTEUR (court vers la porte) : Les bus n'ont pas de clé. Il y a des boutons, un pour démarrer, l'autre pour arrêter, d'accord ?

 

INT. BUS, JOUR

Angela est assise sur le siège du chauffeur.

ANGELA : Bien. Attendez, j'ai trouvé. (elle voit un interrupteur). C'est parti, accrochez-vous, ding ding !

Elle appuie sur le démarreur, mais le moteur ne fait que crépiter et meurt.

 

EXT. DESERT, JOUR

DOCTEUR : Oh, ça n'a pas l'air bon. (il regarde le moteur). Il y a pire que d'avoir perdu la moitié du toit, vous savez quoi ? Le sable. Des petits grains de sable. Le moteur s'est encrassé.

Christina fait le tour du bus pour rejoindre Barclay et Nathan qui travaillent sur les roues.

CHRISTINA : Quelqu'un s'y connaît en mécanique ?

BARCLAY : Moi ! (il se relève). J'ai fait un stage de 15 jours dans un garage. Je n'ai pas fini, mais...

DOCTEUR : Vas-y alors, démonte le filtre à air, aussi vite que possible. Je reviens dans deux minutes.

Le Docteur se tourne vers les dunes alors que Barclay se dirige vers le moteur.

CHRISTINA : Attendez un peu ! (elle suit le Docteur). Vous êtes celui qui a les réponses. Je ne vous lâche pas des yeux.

D’étranges créatures observent le Docteur et Christina alors qu’ils marchent dans le sable.

 

EXT. DESERT, JOUR

Le Docteur et Christina sont au milieu du désert, loin du bus.

DOCTEUR : Ça serait plus facile sans le sac à dos.

CHRISTINA : Il me suit partout.

DOCTEUR : Un sac à dos avec une pelle et une hache. Christina, qui va si loin et qui a peur du son des sirènes... Qui êtes-vous ?

CHRISTINA : Vous pouvez parler. Disons que nous sommes tous les deux mystérieux.

DOCTEUR : On forme un bon couple.

CHRISTINA : On n'a rien d'un couple, merci beaucoup. Allez, alors. Dites-moi. Si Carmen a raison, si ce vortex n'est pas accidentel, qu'est-ce que c'est ? Est-ce que c'est volontaire ?

Ils arrêtent de marcher.

DOCTEUR : Je ne sais pas. Mais mon instinct me dit de quitter cette planète, tout de suite.

CHRISTINA : Et vous pensez qu'on peut ?

DOCTEUR : Je vis dans l'espoir.

CHRISTINA : Ça doit être sympa. C'est Christina de Souza. Plus exactement, Lady Christina de Souza.

DOCTEUR (il lui sert la main) : Oh, c'est bien, car je suis un Seigneur.

CHRISTINA : Vraiment ? Le Seigneur d'où ?

DOCTEUR : C'est une grande propriété.

CHRISTINA : Non, mais il y a quelque chose de plus à votre sujet. Cet appareil que vous aviez. Le vortex. Comme si vous saviez. Et la façon dont vous parcourez cet endroit, comme si...

DOCTEUR : Comme ?

CHRISTINA : Comme si vous n'étiez pas...

DOCTEUR : Bref ! Allez ! Allons-y !

Il reprend la route.

CHRISTINA (elle le suit) : Oui, mais pas si nous allons vers un cauchemar.

DOCTEUR (rires) : Oh, on est fait l'un pour l'autre !

Ils s’arrêtent en haut d’une dune et regardent à l’horizon.

DOCTEUR : Oh, ça ne me dit rien qui vaille.

CHRISTINA : Une tempête de nuages. Elle doit être à des centaines de kilomètres.

DOCTEUR : Elle se rapproche.

CHRISTINA : Si c'est une tempête de sable, on va être mis en pièces.

DOCTEUR : C'est une tempête. Qui a dit que c'était du sable ?

Ils courent dans la direction du bus.

 

INT. BUS, JOUR

Carmen est assise près de Lou, les yeux fermés.

CARMEN : Plus près... de plus en plus près...

Le Docteur monte dans le bus suivit de Christina et Barclay.

DOCTEUR : Où est-il ?

BARCLAY : Là, sur le siège.

Le Docteur prend le téléphone de Barclay et utilise le tournevis sonique.

CHRISTINA : Vous aurez du mal à avoir un signal, on est sur une autre planète !

DOCTEUR : Oh, regardez-moi. Bien, un peu de silence, merci. Je me souviens du numéro, un numéro très important.

Il compose un numéro.

HOMME (à l’autre bout du fil) : Allô, Pizza Geronimo ?

DOCTEUR (raccroche et compose un autre numéro) : Encore ! Ah ! Sept-six, pas six-sept...

HOMME (à l’autre bout du fil) : Vous êtes bien en relation avec UNIT. Veuillez sélectionner une des 4 options suivantes.

DOCTEUR : Oh, je hais ces trucs !

ANGELA : Si vous appuyez sur le 0, vous tombez sur un opérateur. J'ai vu ça dans Watchdog !

DOCTEUR : Merci, Angela !

Il s’assoit.

FEMME (à l’autre bout du fil) : Assistance d'UNIT, quel service voulez-vous ?

DOCTEUR : Écoutez, c'est le Docteur ! C'est moi !

 

EXT. TUNNEL, NUIT

Un soldat se rapproche du Capitaine avec un téléphone à la main.

SOLDAT : Capitaine ! Un appel urgent, Madame, relayé directement par le QG.

CAPITAINE : Qui est-ce ?

SOLDAT : C'est lui, Madame. C'est le Docteur.

Le Capitaine prend le téléphone.

 

INT. BUS, JOUR

Le Docteur met le téléphone sur haut-parleur.

CAPITAINE : Docteur. Capitaine Erisa Magambo. (Elle salue). Si je puis me permettre, Monsieur, c'est un honneur.

DOCTEUR : Vous venez de saluer ?

CAPITAINE MAGAMBO : Non.

DOCTEUR : Erisa, c'est au sujet du bus. Le QG dit que vous êtes au tunnel ?

CAPITAINE MAGAMBO : Et où êtes-vous ?

DOCTEUR : Je suis dans le bus. Mais à part ça, aucun indice, (il regarde par la fenêtre). Je sais juste que c'est vraiment très dangereux.

CAPITAINE MAGAMBO : Un corps est arrivé ici. Avez-vous eu d'autres victimes ?

DOCTEUR : Non mais je suis coincé. Je n'ai pas le TARDIS et je dois analyser ce vortex.

CAPITAINE MAGAMBO : On a un conseiller technique sur place, le Dr Malcolm Taylor.

 

INT. LABORATOIRE MOBILE, NUIT

A l’intérieur, encerclé par des équipements électroniques se trouve Malcolm, un homme portant de grosses lunettes et une blouse de laboratoire.

CAPITAINE MAGAMBO : C'est l'homme qu'il vous faut, c'est un génie.

DOCTEUR : Oh, vraiment ? On va bien voir.

Le Capitaine Erisa entre dans le labo et ferme la porte derrière elle.

CAPITAINE MAGAMBO : C'est le Docteur.

MALCOLM : Non, je vais bien, merci. C'était juste un petit mal de gorge. Enfin, pour être honnête, une tasse de thé me ferait du bien.

CAPITAINE MAGAMBO (lui tend le téléphone) : C'est LE Docteur.

MALCOLM : Vous voulez dire... Le Docteur-Docteur ?

Dans le bus, le Docteur peut entendre leur conversation.

CAPITAINE MAGAMBO : Je sais. On veut tous le rencontrer un jour, mais… On sait tous ce que cela veut dire.

DOCTEUR : J'entends tout ce vous dites.

Malcolm tombe incrédule en entendant la voix du Docteur.

MALCOLM : Allô, Docteur ? Oh, grands dieux.

DOCTEUR : Oui, c'est moi. Bonjour, Malcolm !

MALCOLM : Le Docteur ! Ça alors. Je n'arrive pas à croire que je vous parle vraiment ! Je veux dire, j'ai lu tous les dossiers !

DOCTEUR : Vraiment ? Quel est votre préféré, le robot géant ? Non, attendez, occupons-nous du vortex. Excusez-moi.

Il se déplace à l’avant du bus.

CAPITAINE MAGAMBO : Sur haut-parleur, s'il vous plaît. Je ne veux pas qu'il y ait de secrets.

Le Docteur est assis sur le siège du chauffeur. Christine se tient derrière lui et écoute.

DOCTEUR : Malcolm, quelque chose ne colle pas ici. J'ai une tempête et un vortex, je n'arrive pas à faire le lien. J'ai besoin d'une analyse complète du vortex, la totale.

MALCOLM : C'est peut-être une mauvaise idée, mais j'ai branché un intégrateur. J'ai pensé que ça mesurerait la signature énergétique.

DOCTEUR : Non, ça ne marchera jamais. Écoutez...

MALCOLM : C'est surprenant, pourtant ! Je mesure une oscillation de 15 Malcolms par seconde.

DOCTEUR : Quinze quoi ?

MALCOLM : Quinze Malcolms. C'est un petit terme à moi. Une longueur d'onde de 10 kilohertz en quatre dimensions équivaut à un Malcolm.

DOCTEUR : Vous avez donné votre nom à une unité de mesure ?

MALCOLM : Eh bien, ça n'a pas fait de mal à M. Watt. De plus, 100 Malcolms équivalent à un Bernard.

DOCTEUR : Et qui est-ce, votre père ?

MALCOLM : Ne soyez pas ridicule, c'est Quatermass.

DOCTEUR : Bien. Parfait. Mais avant de mourir de vieillesse, ce qui dans mon cas serait un exploit , dont je vous félicite, pourrais-je parler à quelqu'un d'autre ?

MALCOLM : Non, non, non, mais écoutez ! Le scanner enregistre ce qu'il ne peut pas détecter et j'ai inversé l'image.

DOCTEUR : Vous avez fait quoi ?

MALCOLM : Ce n'est pas bien ?

DOCTEUR : Non, Malcolm, c'est génial ! Donc vous pouvez mesurer le vortex ? D'accord, je l'admets, vous êtes un génie !

MALCOLM : Le Docteur a dit que j'étais un génie.

CAPITAINE MAGAMBO : J'ai entendu.

DOCTEUR : Faites un scan de capacité. Un rapport complet. Rappelez-moi quand c'est fini. Et Malcolm ? Vous êtes mon nouveau meilleur ami.

MALCOLM : Et vous aussi, Monsieur.

Le Docteur raccroche.

DOCTEUR : Barclay, je prends ça.

Il sort.

BARCLAY : Il s'appelle reviens !

Alors que le Docteur et Christina quittent le bus, Nathan continue à déterrer les pneus.

 

INT. LABORATOIRE MOBILE, NUIT

MALCOLM : Vous êtes mon... Il est parti. Il est parti.

 

EXT. DESERT, JOUR

Le Docteur et Christina marchent à travers le désert.

 

UN ENDROIT SOMBRE

Les créatures observent encore le Docteur et Christina.

 

EXT. DESERT, JOUR

DOCTEUR : Je vais envoyer ça sur Terre, voir si Malcolm peut l'analyser.

Il lève le téléphone de Barclay.

CHRISTINA : Il y a quelque chose dans ces nuages, ça brille... Regardez...

DOCTEUR : Comme du métal...

Il prend une photo.

CHRISTINA : Pourquoi y aurait-il du métal dans une tempête ?

 

INT. BUS, JOUR

CARMEN : Si rapides, si puissants, ils chevauchent la tempête. Ils sont la tempête.

LOU : Mais que sont-ils ?

CARMEN : Ils dévorent.

 

EXT. DESERT, JOUR

Pendant que le Docteur prend des photos, Christina entend des bruits étranges.

CHRISTINA : Vous avez entendu ?

DOCTEUR : Attendez, je suis occupé.

CHRISTINA : C'était un bruit, comme un genre de...

Elle regarde autour d’elle. Nous voyons alors le Docteur et Christina à travers les yeux d’un insecte.

CHRISTINA : Docteur...

Christina voit l’insecte les observer.

INT. BUS, JOUR

CARMEN : Il y a quelque chose de nouveau.

 

EXT. DESERT, JOUR

La créature s’approche d’eux une arme à la main et parle. C’est la créature qui les observait. Le Docteur lui répond dans son dialecte.

DOCTEUR : Je lui ai dit d'attendre. Les gens attendent en général.

CHRISTINA : Vous parlez cette langue ?

DOCTEUR : Toutes les langues.

Le Docteur et la créature parlent.

DOCTEUR : J'implore sa pitié.

L’insecte bouge son arme.

CHRISTINA : Ça veut dire "avancez".

DOCTEUR : Vous apprenez vite.

La créature les suit, en les menaçant toujours de son arme.

CHRISTINA : Ces espèces de mouches doivent être responsables. Elles nous ont amenés ici.

Ils arrivent au vaisseau en ruine de la créature.

DOCTEUR : Non, non ! Regardez le vaisseau, c'est une épave. Ils se sont écrasés, comme nous.

 

INT. VAISSEAU ALIEN, SALLE DE CONTROLE, JOUR

L’intérieur du vaisseau laisse penser qu’ils ont essayé de faire des réparations.

CHRISTINA : Mais il gèle ici !

DOCTEUR : La coque est en acier Photafine... Elle refroidit quand il fait chaud. Désert brûlant à l'extérieur, vaisseau glacé à l'intérieur. Depuis notre rencontre, Christina, on a connu tous les extrêmes !

CHRISTINA : C'est comme ça que j'aime les choses. Extrêmes.

DOCTEUR : Oh, c'est magnifique ! Intact, il devait être magnifique. Un vrai paquebot spatial !

CHRISTINA : Je m'en souviendrai quand on me torturera. Au moins, je saignerai sur le sol d'un super vaisseau spatial !

Une seconde créature arrive et touche un instrument sur ses vêtements.

DOCTEUR : Oh, bien, parfait, oui, bonjour ! C'est un traducteur télépathique. Il nous comprend.

CHRISTINA : Pour moi, c'est toujours du charabia.

DOCTEUR : C'est ce que je disais, il nous comprend. Ça ne marche pas dans l'autre sens. "Vous allez souffrir pour vos crimes... "Et cætera. Vous avez "commis un acte de violence envers les Tritovores." Les Tritovores, c'est leur nom. Vous êtes venus dans le 200 pour nous détruire..." Pardon, c'est quoi le 200 ?

CHRISTINA : C'est le bus. Numéro 200, ils veulent dire le bus.

DOCTEUR : Oh ! Non, écoutez, je pense que vous faites la même erreur que Christina. Je suis le Docteur, au fait, et voici Christina, l'Honorable Lady Christina. Enfin j'espère qu'elle est honorable ! On a été aspirés à travers ce vortex. Le 200 n'est pas comme ça normalement. Il est cassé, tout comme le vôtre.

Les Tritovores parlent entre eux et baissent leurs armes.

CHRISTINA : Qu'est-ce qu'ils font ?

DOCTEUR : Ils me croient.

CHRISTINA : Ah oui, comme ça ?

DOCTEUR : J'ai un visage très honnête. Et leur traducteur confirme que je dis la vérité. Enfin, c'est surtout le visage ! Bon ! Commençons par le commencement. Un orage très bizarre se dirige vers nous. Vous pouvez envoyer une sonde ?

Le Docteur se rapproche d’un panneau de commandes suivi du Tritovore avec le traducteur.

DOCTEUR : Ils n'ont plus de courant. L'accident a désynchronisé le cristallographe principal. Mais si je peux bidouiller ça... (Il frappe le panneau de commandes et l’énergie revient). Merci! (le Tritovore parle). Oui, c'est vrai ! Souvent ! Allez, lançons cette sonde.

 

EXT. DESERT, JOUR

La sonde s’envole du vaisseau dans le ciel.

 

INT. VAISSEAU ALIEN, SALLE DE CONTROLE, JOUR

Le Docteur et Christina observent l’hologramme envoyé par la sonde.

DOCTEUR : La nébuleuse du Scorpion. On est de l'autre côté de l'univers. Tout à fait ce que vous cherchiez, très très loin. (La sonde zoome). La planète San Hélios.

CHRISTINA : C'est nous, là ? On est sur une autre planète.

DOCTEUR : Ça fait un moment.

CHRISTINA : Oui, mais le voir comme ça...

DOCTEUR : C'est bien, hein ?

CHRISTINA : C'est merveilleux.

Les Tritovores racontent leur histoire.

DOCTEUR : Les Tritovores devaient négocier avec San Hélios. Population : un milliard. Beaucoup de déchets. Pour eux.

CHRISTINA : Qu'entendez-vous par "déchets" ?

DOCTEUR : Ils se nourrissent de ce que les autres laissent derrière eux. De leur... derrière, pour faire court. C'est naturel, ce sont des mouches.

CHRISTINA : Charmant. Rappelez-moi de ne jamais les embrasser.

La projection montre à présent une ville prospère avec des arbres et des parcs florissants.

DOCTEUR : La ville de San Hélios.

CHRISTINA : C'est extraordinaire. Mais vous avez déjà vu ce genre de choses, non ?

DOCTEUR : Des centaines de fois.

CHRISTINA : Ce titre... Vous êtes le Seigneur d'où ?

DOCTEUR : Du Temps. Mon peuple s'appelle les Seigneurs du Temps.

CHRISTINA : Vous êtes extraterrestre ?

DOCTEUR : Oui. Mais vous n'avez pas à m'embrasser non plus.

CHRISTINA : Vous ressemblez à un humain.

DOCTEUR : Vous ressemblez à un humain.

CHRISTINA : Bref ! Si c'est San Hélios, il nous suffit de trouver cette ville ! Ils pourront nous aider.

DOCTEUR : Je ne pense pas que ce soit aussi simple. (La projection montre à présent un désert). On est dans la ville.

CHRISTINA : Mais c'est du sable ! Les temples et ce qu'on voyait sur la première image, où sont-ils ? C'est ancien ?

Un des Tritovores parle.

DOCTEUR : La photo date de l'année dernière.

CHRISTINA : C'est devenu un désert en un an ?

DOCTEUR (il se penche) : J'ai dit qu'il y avait quelque chose dans le sable. (Du sable s’écoule entre ses doigts). La ville, les océans, les montagnes... la faune... Et 100 milliards de gens transformés en sable. Toutes ces voix dans la tête de Carmen... elle les entend mourir.

CHRISTINA : Mais j'ai du sable dans les cheveux ! Ce sont des morts ! C'est dégoûtant !

DOCTEUR : Quelque chose a détruit San Hélios.

CHRISTINA : Oui, mais dans mes cheveux !

Le téléphone sonne et le Docteur le sort de sa poche.

 

INT. LABORATOIRE MOBILE, NUIT

Malcolm est assis sur sa chaise, le Docteur sur haut-parleur et le capitaine Erisa est là aussi.

DOCTEUR : Malcolm ! Quelle est la mauvaise nouvelle ?!

MALCOM : Oh, que vous êtes intelligent ! C'est bien une mauvaise nouvelle ! C'est le vortex, Docteur, il s'agrandit ! On en est à plus de 100 Bernards je n'ai pas de nom pour ça !

DOCTEUR : Comment peut-il s'agrandir tout seul ?

MALCOLM : Vous allez le découvrir, je vous connais, Monsieur.

CAPITAINE MAGAMBO : Docteur, nous estimons la circonférence de votre vortex invisible à 6,5 km, et ça augmente. J'ai interdit aux avions de voler au-dessus de Londres On ne peut pas risquer la vie d'autres gens.

DOCTEUR : Beau travail.

CAPITAINE MAGAMBO : Je dois vous demander. Ce vortex constitue-t-il un danger pour la Terre ?

Le téléphone bipe et le Docteur le regarde.

DOCTEUR : Désolé, double appel, je vous laisse.

Il raccroche.

 

INT. LABORATOIRE MOBILE, NUIT

CAPITAINE MAGAMBO : Un double appel ?!

MALCOLM: Quel diablotin.

 

INT. VAISSEAU ALIEN, SALLE DE CONTROLE, JOUR

Le Docteur décroche.

DOCTEUR : Oui ?

 

INT. BUS, JOUR

Les cinq passagers sont assis sur leurs sièges, Barclay réconforte Angela.

NATHAN : Docteur, c'est Nathan. On a placé les planches, mais...

ANGELA : C'est ma faute !

NATHAN : Non, non, ne dites pas ça.

DOCTEUR : Que se passe-t-il ?

NATHAN : On a essayé de démarrer, mais... On n'a plus d'essence. Même si on sort les roues de là, le bus ne bougera pas.

Le Docteur baisse le téléphone.

CHRISTINA : Qu'y a-t-il ? Dites-le-moi, Docteur !

NATHAN : Vous avez promis de nous ramener chez nous. Docteur ? Vous êtes toujours là ?

CHRISTINA : Docteur, qu'est-ce qu'il a dit ?

Un ordinateur bipe et les Tritovores commencent à s’exciter.

DOCTEUR : C'est la sonde, elle est dans l'orage.

CHRISTINA : Et que dit-elle ?

DOCTEUR : Ce n'est pas un orage.

 

EXT. DESERT, JOUR

La sonde vole au milieu d’une horde de créatures métalliques ressemblant à des carpes volantes.

 

INT. VAISSEAU ALIEN, SALLE DE CONTROLE, JOUR

Le Docteur et Christina se lèvent.

CHRISTINA : C'est un essaim. Ils sont des millions...

DOCTEUR : Des milliards.

 

EXT. DESERT, JOUR

Une des créatures vole dans la direction de la sonde, ouvre la bouche dévoilant des dents de requin. La connexion est perdue.

 

INT. VAISSEAU ALIEN, SALLE DE CONTROLE, JOUR

DOCTEUR : On a perdu la sonde, je crois qu'elle a été dévorée. Tout est dévoré sur cette planète.

CHRISTINA : Il est loin, cet essaim ?

DOCTEUR : À des centaines de km. Mais à cette vitesse, il sera là dans vingt minutes.

Les Tritovore parlent.

DOCTEUR : Non, ils ne viennent pas seulement pour nous. Ils veulent le vortex.

CHRISTINA : Ils vont sur Terre !

DOCTEUR : Montrez-moi l'analyse.

Un des Tritovores fait une image 3D des créatures.

DOCTEUR : Incroyable. L'essaim arrive par un vortex, dévore toute la planète et va en chercher une autre. Le cycle de la vie qui recommence encore et encore.

CHRISTINA : Alors... ce sont eux qui créent ces vortex ?

DOCTEUR : Probablement.

CHRISTINA : Mais comment ? Ils ne ressemblent pas vraiment à des techniciens. Et s'ils ont fait le vortex, pourquoi en sont-ils si loin ?

DOCTEUR : Parce qu'ils doivent l'être ? Non, c'est n'importe quoi. Attendez. Oui ! Vous voyez ? Des milliards d'entre eux volent autour de la planète, tournent, tournent et tournent, de plus en plus vite, jusqu'à générer une rupture dans l'espace ! Leur vitesse, leur nombre et leur taille... Tout ça creuse le vortex !

CHRISTINA : Le vortex s'agrandit ?

DOCTEUR : Parce qu'ils se rapprochent !

CHRISTINA : Mais comment le traversent-ils ? Ce vortex tue tout, vous l'avez vu !

DOCTEUR : Non, non, vous voyez leur exosquelette ?

CHRISTINA : Du métal.

DOCTEUR : Leurs os sont faits de métal. Ils mangent du métal et l'expulsent dans leur exosquelette ! Leur vitesse crée le vortex et leur corps les protège ! Ils sont parfaits !

CHRISTINA : Ces trucs vont faire de la Terre un désert, et ça vous fait sourire ?

DOCTEUR : Pire c'est, et plus j'aime !

CHRISTINA : Moi aussi !

 

EXT. DESERT, JOUR

L’essaim accélère.

 

INT. BUS, JOUR

On entend un bruit assourdissant.

NATHAN : On dirait un orage.

ANGELA : S'il pleut, on aura de l'eau.

CARMEN : Pas d'eau, rien que de la poussière. Mais la fille...

LOU : Pas maintenant, chérie. Quelle fille ?

CARMEN : La fille... Elle volera...

 

INT. VAISSEAU ALIEN, SALLE DE CONTROLE, JOUR

CHRISTINA : Mais, Docteur, vous passez à côté de l'évidence. On est arrivés par le vortex, non ? Mais pas les Tritovores. Ils sont venus faire affaire avec San Hélios. Donc, la question qu'on doit se poser, c'est pourquoi ils se sont écrasés ?

DOCTEUR : Bonne question ! Quelle équipe ! Elle a raison, pourquoi vous vous êtes écrasés ?

 

INT. VAISSEAU ALIEN, SALLE DU TROU, JOUR

Un des Tritovores les conduit dans une autre pièce où le sol a laissé la place à un trou béant.

DOCTEUR : Oh, d'accord. Un puits de gravité. Il descend jusqu'au moteur. Que s'est-il passé ? (les aliens parlent). Il dit qu'ils ont calé. Ils étaient 16 km plus haut, ils sont tombés. Pourquoi ?

Les Tritovores haussent les épaulent.

CHRISTINA : Ça veut dire "aucune idée", ça.

DOCTEUR : Oui. Attendez, c'est un noyau de cristal, en bas ? (un Tritovore répond). On dirait qu'il a survécu à l'accident. Si le cristal est intact... Oh oui, c'est mieux que du diesel !

CHRISTINA : Vous pouvez faire bouger le bus avec le cristal ?

DOCTEUR : Je pense, oui. Le vaisseau est fichu, mais le 200 est assez petit.

CHRISTINA : Comment un cristal fait-il avancer un bus ?

DOCTEUR : C'est un truc super malin, faites-moi confiance ! Voilà le cristal ! Il est tombé au fond du puits. On peut y accéder ? (le Tritovore répond). Tout est gelé ? Je peux peut-être les ouvrir ! Communication interne, mettez-ça ! (il donne à Christina un appareil Bluetooth et court à la porte). Restez ici, jetez un œil aux accès et dites-moi si quelque chose bouge.

Il part suivi du Tritovore. Christina enlève son sac et s’assoit au bord du trou, un sourire aux lèvres.

 

INT. VAISSEAU, SALLE DE CONTROLE, JOUR

Le Docteur se précipite vers les machines.

DOCTEUR : Je vais essayer de mettre l'entretien automatique en marche ! Christina ?

 

INT. VAISSEAU ALIEN, SALLE DU TROU, JOUR

DOCTEUR (lève des câbles) : Si vous voyez un panneau s'ouvrir, dites-le-moi.

CHRISTINA (met un harnais) : Rien pour l'instant.

DOCTEUR (connecte les câbles) : Et maintenant ?

CHRISTINA (attache ses cheveux) : Non.

DOCTEUR : Et là ?

CHRISTINA : Non.

DOCTEUR : Et ça ?

CHRISTINA : Rien.

Elle attrape un câble.

DOCTEUR : Un changement ?

CHRISTINA : Rien de rien. (Elle attache le câble au harnais). Laissez-moi clarifier ça. Vous avez besoin de ce cristal ? (elle sort une petite torche de son sac et l’attache par un Velcro à son harnais). C'est comme si c'était fait.

DOCTEUR : Comment ça ? Christina ? Christina !

Il court rejoindre Christina.

CHRISTINA : L'aristocratie survit pour une raison... On est prêts à tout.

Christina plonge dans le puits de gravité au moment où le Docteur arrive.

DOCTEUR : Non !

 

INT. VAISSEAU ALIEN, TROU DE GRAVITE, JOUR

Christina tombe dans le trou, les bras tendus.

 

INT. VAISSEAU ALIEN, SALLE DU TROU, JOUR

Le Docteur utilise son tournevis sonique sur la poulie.

 

INT. VAISSEAU, TROU DE GRAVITE, JOUR

Christina s’arrête.

 

INT. VAISSEAU ALIEN, SALLE DU TROU, JOUR

DOCTEUR : Allez ! Allez, allez, allez ! C'est mieux.

 

INT. VAISSEAU ALIEN, TROU DE GRAVITE, JOUR

CHRISTINA : Je décide de m'arrêter ou non, merci.

DOCTEUR : Vous alliez heurter la grille de sécurité, regardez !

Un champ de crépitement d’énergie sous elle.

CHRISTINA : Excellent. Qu'est-ce que je fais ?

DOCTEUR : Essayez le gros bouton rouge.

CHRISTINA (presse le bouton sur le mur) : Bien joué !

DOCTEUR : Remontez maintenant, je vais le faire !

CHRISTINA : Vous aimeriez bien, hein !

DOCTEUR : Doucement.

CHRISTINA : Oui, Monsieur.

Elle continue la tête la première.

DOCTEUR : Vous êtes un sacré mystère, hein ? Lady Christina de Souza. Une pelle dans le sac.

CHRISTINA : Pas plus bizarre que vous, homme de l'espace !

DOCTEUR : J'avais une amie... qui m'appelait comme ça.

CHRISTINA : Elle avait raison ? Vous vous baladez dans l'espace en fusée ?

DOCTEUR : Dans une boîte bleue, en fait. Elle va plus loin que l'espace. Elle peut voyager dans le temps, Christina. Ah, tout ce que j'ai vu… La Première Guerre mondiale. La création de l'univers, la fin de l'univers, la guerre entre la Chine et le Japon, (il regarde dans son sac et voit le calice qu’elle a volé) et... la cour du roi Athelstan, en 924 avant J.C. (il lève la coupe). Mais je ne me rappelle pas vous y avoir vue. Que faites-vous avec ça ?

CHRISTINA : Excusez-moi. Un gentleman ne fouille jamais dans les affaires d'une dame !

Les Tritovores parlent.

DOCTEUR : C'est la Coupe d'Athelstan, offerte par Hawell pour le couronnement du 1er Roi d'Angleterre, roi des Gallois. Depuis 200 ans, elle est exposée à l'International Gallery, ce qui fait de vous, Christina, une voleuse.

CHRISTINA : J'aime à penser que je l'ai libérée.

DOCTEUR : Ne me dites pas que c'est pour l'argent.

CHRISTINA : Papa a tout perdu, il a investi sa fortune dans les banques islandaises.

DOCTEUR : Non, non, quand on veut du liquide, on braque une banque. Voler ça, c'est un style de vie.

CHRISTINA : Vous désapprouvez, si je comprends bien ?

DOCTEUR : Absolument. Sauf que... cette boîte bleue... je l'ai volée. À mon propre peuple.

CHRISTINA : Brave petit. Vous avez raison, on forme une bonne équipe. (On entend un bruit étrange du fond du vaisseau) Qu'est-ce que c'était que ça ?

DOCTEUR : On n'a jamais su pourquoi le vaisseau s'était écrasé. Vous devriez remonter.

CHRISTINA : Trop tard, je le vois.

DOCTEUR : Attention, doucement. (Au Tritovore) : Le système d'aération est ouvert ? (le Tritovore répond). C'est bien ce que je me disais.

CHRISTINA : Quoi ?

DOCTEUR : C'est comme quand des oiseaux passent dans les réacteurs d'un avion.

Christina a atteint le sol et voit une des créatures métalliques allongée au sol.

CHRISTINA : Une des créatures...

DOCTEUR : s'est coincée dans la ventilation et a causé l'accident. Remontez !

Il se lève.

CHRISTINA : Il ne bouge pas, je crois qu'il est blessé.

DOCTEUR : Non, il est endormi à cause du froid, mais votre corps fait grimper la température.

CHRISTINA : Je fais souvent cet effet. J'y suis presque.

Elle essaie de libérer le cristal.

DOCTEUR : Il me faut tout le plateau, pas seulement le cristal.

Christina l’arrache du sol au moment où la créature commence à bouger.

CHRISTINA : Je l'ai !

Le Docteur utilise le tournevis sonique sur la poulie.

DOCTEUR : Allez !

La créature suit Christina.

DOCTEUR : Allez, allez, allez ! Il va tout dévorer pour remonter !

Christina frappe le bouton rouge en chemin et active le champ magnétique. La créature vole dedans et crie.

DOCTEUR : Elle est douée !

Christina arrive en haut du trou et le Docteur l’aide à se hisser sur le côté, en prenant le cristal et son contour.

DOCTEUR : C'est bon, je vous tiens.

Le Tritovore prend le cristal et parle.

 

INT. VAISSEAU ALIEN, SALLE DE CONTROLE, JOUR

Le Docteur, Christina et le Tritovore courent à la salle de contrôle où l’autre Tritovore les attend devant le poste de contrôle. Le Docteur porte le cristal.

DOCTEUR : Commandant, mission accomplie ! Faut retourner au 200 maintenant ! (Le commandant parle). Ne soyez pas bête ! Un capitaine peut quitter le navire si un bus l'attend!

Ils entendent un bruit.

CHRISTINA : Qu'est-ce que c'était ! L'endroit est sûr ? C'est la créature, elle n'est pas morte.

DOCTEUR : Vous n'en avez peut-être pas heurté qu'une. Si c'était un essaim...

CHRISTINA : Il y en aurait plus d'une ?

DOCTEUR : Ce vaisseau est fait de métal, ils peuvent se déplacer dans son infrastructure, autour de nous.

La créature tape contre les murs.

DOCTEUR : Et ils doivent être affamés ! Dépêchez-vous !

CHRISTINA : Venez sur Terre, nous vous trouverons un foyer !

DOCTEUR : C'est la parole d'une Lady ! Venez !

Un des Tritovores commence à suivre le Docteur. Alors que le second se tourne pour le suivre, une créature perce le plafond et le mange. L’autre Tritovore s’arrête et se prépare à tirer.

DOCTEUR : Non, non !

Le Tritovore s’avance et est mangé par la créature. Le Docteur pousse Christina devant lui alors qu’ils quittent le vaisseau.

DOCTEUR : On ne peut plus rien pour eux, vite !

Le Docteur et Christina courent à travers les couloirs du vaisseau.

 

EXT. DESERT, JOUR

Le Docteur et Christina courent, suivis par l’essaim.

 

INT. BUS, JOUR

Les autres voient l’essaim approcher mais pensent encore que ce n’est qu’une tempête.

ANGELA : Qu'est-ce que c'est que cet orage ?

CARMEN (sachant que le Docteur et Cristina courent) : Courez ! Vite !

 

EXT. DESERT, JOUR

Le téléphone sonne.

 

INT. LABORATOIRE SCIENTIFIQUE, NUIT

MALCOLM : Docteur...

DOCTEUR : Pas maintenant, Malcolm !

MALCOLM : Je comprends, il est occupé.

 

EXT. DESERT, JOUR

Ils atteignent le bus. Nathan et Barclay se tiennent à la porte du bus.

NATHAN : Enfin ! Où étiez-vous ?

DOCTEUR : Remontez, dites-leur de s'asseoir ! Regardons ça.

Il tient le cristal.

CHRISTINA : Il fait quoi, ce cristal ?

DOCTEUR (il jette le cristal par-dessus son épaule) : Rien, je n’ai pas besoin du cristal.

CHRISTINA : J'ai risqué ma vie pour ça !

DOCTEUR : Non, vous avez risqué votre vie pour ça ! (il décroche une des pinces). Les pinces ! (il court au pneu avant côté conducteur). Une là... Une ici... Une là... et une ici !

Il retourne dans le bus.

 

INT. BUS, JOUR

CHRISTINA : Mais à quoi ça sert ? Elles tournent les roues ?

DOCTEUR (s’assoie sur le siège conducteur) : Plus ou moins, il faut que je les règle. Vous avez un marteau dans votre sac ?

CHRISTINA : Étrangement.

Elle sort un marteau de son sac.

DOCTEUR : Mon téléphone... (il lui tend le téléphone). Rappelez !

Christina compose le numéro pendant que le Docteur attache la partie plate de l’objet ramené du vaisseau alien, sur le volant. Christina tient le téléphone à l’oreille du Docteur.

DOCTEUR : Malcolm, c'est moi !

 

INT. LABORATOIRE SCIENTIFIQUE, NUIT

Malcolm apparait.

MALCOLM : Je suis prêt !

DOCTEUR : Prêt à faire quoi ?

MALCOLM : Je ne sais pas, dites-le-moi !

DOCTEUR : Je vais essayer de revenir, on risque d'être suivis. Il faut fermer ce vortex.

MALCOLM : Une explosion compressée à rétroaction sur une contre-oscillation aurait-elle cet effet ?

DOCTEUR : Oh, Malcolm ! Vous êtes brillant !

MALCOLM : De votre part, Monsieur, c'est fantastique !

CAPITAINE MAGAMBO : Docteur, quel genre de chose ? Ce vortex mesure maintenant 16 km et s'étend. Je dois connaître la nature exacte de la menace.

DOCTEUR : Désolé, je dois filer.

Fait signe à Christina de raccrocher.

 

INT. LABORATOIRE SCIENTIFIQUE, NUIT

CAPITAINE MAGAMBO (dans la radio) : À toutes les troupes, tenez-vous prêt ! Code rouge possible.

 

EXT. TUNNEL, NUIT

SOLDAT 1 : Compris ! Code rouge ! Je répète, code rouge inconnu !

Les soldats prennent leurs positions et s’arment à l’entrée du tunnel.

 

INT. BUS, JOUR

Le Docteur travaille encore sur le volant du bus qui fait des étincelles.

DOCTEUR : Zut, c'est pas compatible ! Bus, vaisseau, vaisseau, bus. Je dois les faire marcher ensemble.

CHRISTINA : Et comment ?

DOCTEUR : Il me faut quelque chose... modelable, quelque chose... (il regarde Christina) en or.

CHRISTINA : Oh, non, non.

DOCTEUR : Christina, elle vaut quoi, maintenant ?

Barclay s’avance et propose sa montre.

BARCLAY : Prenez ça !

DOCTEUR : En l'or, j'ai dit.

BARCLAY : C'est de l'or !

DOCTEUR : Ils t'ont vu venir ! Christina.

Barclay retourne sur son siège, désabusé. Christina regarde dans son sac puis regarde les autres passagers. Elle prend alors la coupe et la tend au Docteur.

CHRISTINA : Elle a plus de 1000 ans, elle vaut 18 millions ! Promettez-moi d'y faire attention.

DOCTEUR (prend la coupe délicatement) : Promis.

Il tourne la coupe de haut en bas puis commence à la frapper avec le marteau.

CHRISTINA : Je vous déteste.

 

INT. LABORATOIRE MOBILE, NUIT

Malcolm tape sur son clavier et l’ordinateur bipe.

MALCOLM : C'est fait ! Transmettez ça et le vortex devrait se refermer.

CAPITAINE MAGAMBO : Faites-le.

MALCOLM : Quand le Docteur sera passé, évidemment.

CAPITAINE MAGAMBO : Je suis désolée, croyez-moi. Ce vortex constitue une menace et j'ai un devoir envers les hommes, femmes et enfants de cette planète. Il doit être refermé immédiatement.

MALCOLM : Non, non, non.

CAPITAINE MAGAMBO : C'est un ordre.

MALCOLM : On ne peut pas l'abandonner ! C'est le Docteur ! Combien de fois nous a-t-il sauvé la vie ? Je ne vous laisserai pas faire, Madame ! Je ne vous laisserai pas faire !

Erisa arme son pistolet et le place sur la tête de Malcolm.

CAPITAINE MAGAMBO : C'est un ordre, soldat.

 

INT. BUS, JOUR

DOCTEUR : Ici votre chauffeur, accrochez-vous !

BARCLAY : Pourquoi ? Que fait-il ?

CHRISTINA : Faites ce qu'il dit ! (elle murmure au Docteur) : Que faites-vous ?

DOCTEUR : Allez, c'est ça ! Tu peux le faire, ma belle ! Un dernier voyage. Allez, c'est ça ! Tu peux le faire, ma belle ! Un dernier voyage.

Le bus démarre et se soulève au-dessus du sol. Les passagers poussent des cris d’étonnement.

BARCLAY (regarde par la fenêtre) : Ah, il se fout de moi !

NATHAN : On vole ! Le bus vole !

LOU : Il a fait voler le bus !

ANGELA : C'est un miracle !

DOCTEUR : Des pinces anti gravité, je vous l'avais pas dit ?

Le Docteur tourne bus dans la direction du vortex.

CARMEN (regarde par la fenêtre) : Docteur ! Ils arrivent !

Le Docteur et Christina regardent par les rétroviseurs.

 

INT. LABORATOIRE SCIENTIFIQUE, NUIT

Malcolm met son clavier devant lui comme un bouclier.

MALCOLM : Je ne me rendrai jamais ! Jamais.

 

INT. BUS, JOUR

CHRISTINA : Vous pensez que ce truc va survivre au retour ?

DOCTEUR : Il n'y a qu'une façon de le savoir. Prochain arrêt...

CHRISTINA : La Terre !

Tout le monde se tient alors que le bus passe dans le vortex.

 

EXT. TUNNEL, NUIT

Il y a un flash de lumière avant que le vortex ne devienne visible et que le bus traverse et vole au-dessus des têtes étonnées.

 

INT. BUS, NUIT

Le bus vole au-dessus de Londres.

BARCLAY : C'est Londres !

ANGELA : On est revenus !

NATHAN : Il a réussi ! Il a réussi !

 

EXT. TUNNEL, NUIT

Un des soldats d’Erisa court au laboratoire.

SOLDAT : Capitaine !

 

INT. LABORATOIRE SCIENTIFIQUE, NUIT

SOLDAT : Capitaine, ils sont revenus ! C'est le bus, Madame, il est de retour, et il vole !

Erisa Magambo baisse son arme et sort.

 

EXT. TUNNEL, NUIT

Alors qu’Erisa Magambo sort pour voir ce qui se passe, trois créatures traversent le vortex.

CAPITAINE MAGAMBO : Code rouge, feu à volonté !

Les soldats tirent sur les créatures, des balles touchent le bus.

 

INT. LABORATOIRE MOBILE, NUIT

Malcolm regarde par la fenêtre avant de répondre au téléphone.

INT. BUS, NUIT

DOCTEUR : Malcolm ! Fermez ce vortex !

MALCOLM : Oui, Monsieur, avec plaisir !

Va à son ordinateur.

DOCTEUR : Il m'a raccroché au nez !

 

INT. LABORATOIRE, NUIT

Malcolm appuie sur une touche de son clavier.

MALCOLM : Oui !

L’ordinateur fait des étincelles.

MALCOLM : Oh, non, non ! Non !

Une grosse étincelle le fait basculer dans son siège.

 

EXT. TUNNEL, NUIT

Les soldats continuent de tirer sur les créatures.

 

INT. LABORATOIRE, NUIT

Malcolm essaie d’éteindre un feu. Le téléphone sonne.

 

INT. BUS, NUIT

DOCTEUR : Malcolm ?

MALCOLM : Pas maintenant, je suis occupé !

Il raccroche.

DOCTEUR : Il a encore raccroché !

Le téléphone de Malcolm sonne encore. Il raccroche encore.

DOCTEUR : Il a encore raccroché !

MALCOLM : Ça ne marche pas !

DOCTEUR : J'ai besoin de ce signal, des milliards de ces trucs vont passer par le vortex !

MALCOLM : Qu'est-ce que je dois faire ?

DOCTEUR : Remettez-le dans l'intégrateur et augmentez le signal !

MALCOLM : De combien ?

DOCTEUR : 500 Bernards ! Allez-y !

Malcolm fait les ajustements sur son ordinateur et parvient à fermer le vortex.

MALCOLM : Oui !

 

EXT. TUNNEL, NUIT

Le vortex se ferme.

 

EXT. DESERT, JOUR

Juste au moment où les autres créatures s’apprêtent à traverser le vortex, il se ferme devant eux.

 

EXT. TUNNEL, NUIT

Les soldats de UNIT continuent de tirer sur les trois créatures alors qu’ils volent encore.

SOLDAT 1 : Feu !

 

INT. LABORATOIRE, NUIT

Malcolm sort du laboratoire.

MALCOLM : Oui !

 

EXT. TUNNEL, NUIT

CAPITAINE MAGAMBO : Cible à 9 heures !

Ils tirent sur la créature. Même les missiles ne les blessent pas.

CAPITAINE MAGAMBO : Je n'y crois pas, des armes qui marchent !

 

INT. BUS, NUIT

NATHAN : Docteur, il nous poursuit !

Une des créatures se dirige vers la fenêtre ouverte, mais dévie comme pour jouer avec eux.

DOCTEUR : Oh, même pas en rêve !

Il dévie le bus loin de la créature.

 

EXT. TUNNEL, NUIT

CAPITAINE MAGAMBO : À 12 heures ! Tuez-le !

SOLDAT : Feu !

Ils tirent sur les créatures et cette fois les missiles les tuent.

CAPITAINE MAGAMBO : Cessez le feu !

SOLDAT : Cessez le feu !

CAPITAINE MAGAMBO : Baissez vos armes.

 

INT. BUS, NUIT

CHRISTINA : J'ai dit que je vous détestais ? J'ai menti.

Elle agrippe le Docteur et lui donne un long baiser. Les autres applaudissent.

DOCTEUR : Ne dépassez pas ce point. Mesdames et Messieurs, vous êtes arrivés à destination. Bienvenu chez toi, tout-puissant 200 !

EXT. TUNNEL, NUIT

Tout le monde regarde le bus alors qu'il s’apprête à se poser. Quand il touche le sol définitivement hors de danger, ils applaudissent.

 

INT. BUS, NUIT

Le Docteur ouvre les portes du bus avec son tournevis sonique. Tout le monde rassemble ses affaires et ils mettent leurs vestes.

 

EXT. TUNNEL, NUIT

Un soldat accueille les passagers alors qu’ils descendent du bus.

SOLDAT : Bon retour. Veuillez-vous éloigner du bus le plus rapidement possible, merci. C'est la procédure. Nous devons vous examiner puis nous vous emmènerons au débriefing.

DOCTEUR (lève son papier psychique) : Je ne compte pas.

CHRISTINA (commence à suivre le Docteur) : Non, mais, Docteur...

SOLDAT (attrape Christina par les bras) : Suivez-moi.

Le Docteur se dirige vers Erisa, mais Malcolm le voit.

MALCOLM : Docteur !

DOCTEUR : Vous devez être Malcolm !

MALCOLM (attrape le Docteur pour lui faire un grand câlin) : Oh, je vous aime ! (lâche le Docteur). Je vous aime, je vous aime !

CAPITAINE MAGAMBO : Retournez à votre poste, Docteur Taylor.

MALCOLM: Oui, Madame ! (Retourne à son laboratoire mais se retourne et pointe le Docteur du doigt). Je vous aime !

Le Docteur lui sourit et Malcolm reprend sa route.

CAPITAINE MAGAMBO : Docteur, (salue) je compte vous saluer, que cela vous plaise ou non. Je suppose que nous sommes en sécurité ?

DOCTEUR : Ils recommenceront. Ils créeront un nouveau passage. C'est le cycle de la vie, c'est tout. Mais je verrai si je peux limiter ces vortex à des planètes inhabitées. Sinon, Capitaine, ces deux garçons... (Regarde Barclay et Nathan) très bons en situation de crise. Nathan cherche du travail, Barclay s'y connaît en moteurs. Il y a pire. Les agents Nathan et Barclay, la crème de UNIT.

CAPITAINE MAGAMBO : Je vais voir ce que je peux faire.

Christina et les autres sont soumis à des tests de radiation avec un compteur Geiger.

CAPITAINE MAGAMBO : Et j'ai quelque chose pour vous.

Elle enlève un voile dévoilant le TARDIS. Le Docteur rit et marche vers lui.

DOCTEUR : C'est mieux qu'un bus ! Salut, toi

CAPITAINE MAGAMBO : On l'a trouvé dans les jardins de Buckingham Palace.

DOCTEUR : Oh, c'est pas un problème.

CAPITAINE MAGAMBO : Vous n'avez pas envie de remplir quelques papiers ?

DOCTEUR : Même pas en rêve !

CAPITAINE MAGAMBO : À la prochaine fois, Docteur.

DOCTEUR : J'espère.

Ils se serrent la main et Erisa part. Angela se tient derrière Nathan et appelle sa fille.

ANGELA : Je te dis que je suis rentrée, Suzanne, je suis là ! (à Nathan) : Ils n'avaient même pas remarqué que j'étais partie !

Le compteur Geiger bipe bruyamment sur Christina mais elle en a assez.

CHRISTINA : Ça suffit, maintenant !

Elle court vers le Docteur.

McMILLAN (retient Christina) : Cette fois, elle ne m'échappera pas !

CHRISTINA : Une petite boîte bleue, comme vous l'aviez dit ! Allez, on y va ! Venez, Docteur, montrez-moi les étoiles !

DOCTEUR : Non.

CHRISTINA : Quoi ?

DOCTEUR : J'ai dit non.

CHRISTINA : Mais je vous ai sauvé la vie, et vous avez sauvé la mienne !

DOCTEUR : Et ?

CHRISTINA : La police nous entoure, ils vont m'arrêter !

DOCTEUR : Oui.

CHRISTINA : Mais vous aviez raison, ce n'est pas pour l'argent ! Je vole par goût de l'aventure, et aujourd'hui... Je veux plus de journées comme ça. Toutes mes journées ! Nous sommes faits l'un pour l'autre, vous l'avez dit ! L'équipe parfaite. Pourquoi pas ?

DOCTEUR : Des gens ont voyagé avec moi, je les ai perdus. Je les ai tous perdus. Plus jamais.

McMillan arrive avec des officiers en uniforme.

McMILLAN : Lady Christina de Souza. Ça fait longtemps que je veux dire ça ! Je vous arrête pour suspicion de vol.

DENNISON (attache ses mains derrière son dos) : Vous avez le droit de garder le silence, etc.

McMILLAN : Dennison, enmenez-la.

Le Docteur ne fait rien alors qu’ils l’arrêtent. Carmen et Lou viennent à lui.

CARMEN : Docteur ? Prenez soin de vous.

DOCTEUR (souri) : Vous aussi ! Bonnes côtelettes !

CARMEN : Faites vraiment attention, parce que votre chanson touche à sa fin.

DOCTEUR (son sourire disparait) : Que voulez-vous dire ?

CARMEN : Il revient. Il revient des ténèbres. Et ensuite, Docteur... Oh, ensuite... Il frappera quatre fois.

Carmen et Lou partent. Le Docteur regarde dans le vide pendant un moment. Il regarde ensuite Christina et utilise le tournevis sonique pour défaire ses menottes. Elle sort de la voiture et court au bus, McMillan et Dennison à ses trousses.

McMILLAN : Non ! Ne la laissez pas s'enfuir ! Arrêtez cette femme ! Arrêtez cette femme ! Arrêtez-la ! Ne restez pas là, arrêtez-la !

Une fois dans le bus, Christina ferme les portes. Le Docteur se rapproche du bus.

McMILLAN : Ouvrez ! J'ajoute ça aux charges retenues !

DOCTEUR : À votre place, je reculerais.

McMILLAN : Je vous arrête pour complicité !

DOCTEUR : D'accord, je vais aller dans cette cabine de police et m'arrêter tout seul.

Il retourne vers le TARDIS.

McMILLAN : Sortez tout de suite !

Christina démarre le bus et McMillan la regarde impuissant.

McMILLAN : Non, revenez !

Tout le monde regarde et rit alors que Christina s’échappe.

ANGELA : Allez-y !

Le Docteur s’arrête à la porte du TARDIS et regarde en l’air. Christina s’arrête, ouvre les portes du bus.

CHRISTINA : On aurait été tellement bons ensemble.

DOCTEUR : On a été tellement bons ensemble.

Ils sourient tous les deux et Christina ferme les portes. Le bus s’envole et les autres passagers du bus 200 l’acclament. Le Docteur se glisse dans le TARDIS.

 

Générique de fin.

EXT. NIGHT, LONDON

After an arial shot of the city, we close-up on the imposing edifice of the International Gallery.

 

INT. MUSEUM, NIGHT

A golden chalice is surrounded by a high-tech energy field. Armed guards arrive.

GUARD 1 : Positions.

The guards take position at each corner of the field. The Head Guard sets the alarm.

HEAD GUARD : 'Night, boys.

A small hole opens at the top of the dome situated directly above the chalice revealing a black-clad figure. The figure then lowers itself by wires headfirst. It switches out the chalice and presses a button on its belt to raise itself. One of the guards turns to see a statue of a cat waving. The figure runs through one of the exhibit halls, stops and removes the balaklava covering it’s face. It is a woman with long black hair. The alarm is raised and she sighs.

 

EXT. NIGHT, LONDON ALLEY

She stops when she sees her male accomplice being arrested.

WOMAN : Sorry, lover.

She runs in the opposite direction and out to a busy street where the police are searching for her. As the detective in charge arrives and seems to be heading in her direction, she jumps on a bus.

 

INT. BUS, NIGHT

WOMAN : Hello. I'm so terribly sorry. That card paying device thing, that's a Lobster card, am I right ?

DRIVER : Oyster card.

WOMAN : Ah, well, that's the problem, you see. I only use my Oyster when there's an R in the month.

DRIVER : It's April.

Back on the street, the Detective is directing his men.

DETECTIVE : Go, go, go !

WOMAN (takes off earrings) : Diamonds. Genuine. (drops them in his palm). Drive !

DRIVER : Works for me.

As the woman takes a seat, we see a man from the shins down, walking towards the bus, he boards and swipes his card.

DRIVER : You're just in time, mate.

The man takes a sit next to the woman and we see it’s the Doctor. He holds out a chocolate egg.

DOCTOR : Hello, I'm the Doctor ! Happy Easter !

 

OPENING CREDITS

 

EXT. STREET, NIGHT

The Detective is directing officers.

DETECTIVE : Right, close off the area, get all these people cleared. She has got to be here somewhere.

The Officer speaks into his radio.

OFFICER : Robinson, clear the road. Get the whole place sealed off !

As he turns around, the Detective sees the woman on the bus.

DETECTIVE : She's on the bus ! She's on the... Come on ! Get the car ! It's definitely her. Come on, move it ! (runs to the car and gets in). Jackson, follow that bus !

Sirens on, the police cars follow the bus.

 

INT. BUS, NIGHT

The Doctor is talking to the woman.

DOCTOR : Funny thing is, I don't often do Easter. I can never find it, it's always at a different time. Although I remember the original. Between you and me, what really happened was...

There is a beeping sound and the Doctor hands the woman the chocolate egg as he reaches into his pocket.

DOCTOR : Oh, sorry, hold on to that for me. Actually, go on, have it, finish it. It's full of sugar and I'm determined to keep these teeth. (bares his teeth then pulls a gadget from his pocket). Ah ! Oh, we've got excitation ! (shakes it, garnering strange looks from another passenger). I'm picking up something very strange.

WOMAN : I know the feeling.

She looks out the window.

 

EXT. STREET, NIGHT

The police are in pursuit of the bus.

DETECTIVE (into radio) : All units in pursuit, registration Whisky nine seven four, Golf Hotel Mike. They're heading for the Gladwell Road Tunnel. Please stop all traffic. Seal off the North End.

The bus enters the tunnel.

 

INT. TRAFFIC DEPARTMENT

A female officer is watching the bus on a monitor.

FEMALE OFFICER : The bus has entered the south entrance of the tunnel.

 

EXT. STREET, NIGHT

The police are in pursuit of the bus.

FEMALE OFFICER (over radio) : Officers in pursuit. Units now arriving at the North entrance.

A group of police cars pull up, blacking the tunnel. A uniformed Officer steps from the car and speaks into his radio.

OFFICER : Tango 183 at the far end, sir. I've sealed off the exit. There's no way out, over.

 

INT. TUNNEL, NIGHT

The Detective’s car is following the bus.

DETECTIVE : I'm right behind. We've got her !

 

INT. BUS, NIGHT

The Doctor is talking to the woman but she is ignoring him.

DOCTOR : Rhondium particles, that's what I'm looking for. This thing detects them. (taps gadget). The little dish should go round, that little dish there...

WOMAN : Right now, a way out would come in pretty handy. Can you detect me one of those ?

One of the passengers, black woman, looks at her husband.

BLACK WOMAN : Lou, can you hear them ?

LOU : Hear what, sweetheart ?

BLACK WOMAN : The voices. So many voices. Calling to us. Calling so far.

DOCTOR : Oh, the little dish is going round !

WOMAN : Fascinating.

DOCTOR : And round. Whoa...

The dish spins faster until part of the gadget explodes. A female passenger looks at him.

FEMALE PASSENGER : Excuse me. Do you mind ?

DOCTOR (stands) : Sorry. That was my little dish.

WOMAN : Can't you turn that thing off ?

DOCTOR (turns back) : What was your name ?

WOMAN : Christina.

DOCTOR : Christina, hold on tight. (sits next to Christina and grabs the handle). Everyone, hold on !

The bus lurches and shakes and the passengers scream as they jerk forwards. The Doctor falls to the floor.

BLACK WOMAN : The voices ! Oh, the voices, they're screaming !

One of the windows shatters and sparks fly from the overhead wires. A young man falls down the stairs from the upper deck.

YOUNG MAN : What's going on ?!

There is a blinding light and more windows shatter. The Doctor moves forwards to the driver.

 

EXT. STREET, NIGHT

More police have arrived to blockade the tunnel.

OFFICER (into radio) : Tango 183. Units in position, sir. Uh, sorry to report, but, er, no sign of the bus. Over.

 

INT. TUNNEL, NIGHT

The Detective is standing in the middle of the tunnel.

DETECTIVE : It's gone. Right in front of me. The bus has just... gone.

 

EXT. STREET, NIGHT

DETECTIVE (over radio) : Over.

 

INT. BUS, DAY

The Doctor gets up off the floor and looks around. Sunlight is streaming through the windows. He walks to the door, opens it and looks out onto a desert.

DOCTOR : End of the line. (steps out). Call it a hunch, but I think we've gone a little bit further than Brixton.

Christina and the other passengers follow him. The top deck of the bus is crushed and smoke is wafting from it. There is nothing else around them.

 

A SCREEN

The bus and its passengers appear on a screen. A pincer taps the screen and we hear chitterin.

 

INT. BUS, DAY

LOU : We should get out ! Even if that's the Sahara, we can't stay on board this thing.

BLACK WOMAN : I'm not going out there ! They're still calling. All around us. The voices are crying.

LOU : What voices, sweetheart ?

BLACK WOMAN : The Dead... We're surrounded by the Dead.

 

EXT. DESERT, DAY

The Doctor, practically lying on the ground, lets the sand sift through his fingers.

FEMALE PASSENGER : That's impossible. There are three suns. Three of them !

BLACK YOUTH : Like when all those planets were up in the sky !

YOUNG MAN : But it was Earth that moved back then, wasn't it ?

BLACK YOUTH : Oh, man, we're on another world !

DRIVER : It's still intact, though ! Not as bad as it looks. The chassis's still holding together. Oh, my boss is gonna murder me !

FEMALE PASSENGER : Can you still drive it ?

DRIVER : Oh, no, the wheels are stuck. Look at them, they're never gonna budge.

 

EXT. TUNNEL, NIGHT

The Detective approaches the Officer.

DETECTIVE : Dennison, listen. We've sealed off the far end, nothing is to come through.

DENNISON : But I don't understand, sir. How can a bus just disappear ?

 

EXT. DESERT, DAY

Christina has taken off her jacket and is wearing a black short-sleeve top. She puts on a pair of sunglasses.

CHRISTINA : Ready for every emergency.

The Doctor looks up at her, removes his glasses and uses the sonic screwdriver on them. He then puts them back on, now tinted.

DOCTOR : Me too !

He continues to examine the sand.

CHRISTINA : And what's your name ?

DOCTOR : I'm the Doctor.

CHRISTINA : Name, not rank.

DOCTOR : The Doctor.

CHRISTINA : Surname ?

DOCTOR : The Doctor.

CHRISTINA : You're called 'the Doctor' ?

DOCTOR : Yes, I am.

CHRISTINA : That's not a name, that's a psychological condition.

DOCTOR : Funny sort of sand, this. There's a trace of something else. (puts some on the tip of his tongue to taste it). Ack. Eurgh. Blah, that's not good.

CHRISTINA : Well, it wouldn't be, it's sand.

DOCTOR : No, it tastes like... (stands). Never mind.

CHRISTINA : What is it, what's wrong ?

The other passengers come over, the black youth pointing at the Doctor.

BLACK YOUTH : Hold on a minute, I saw you, mate ! You had that thing, that machine. Did you make this happen ?

DOCTOR: Oh, humans on buses, always blaming me. If you must know, I was tracking a hole in the fabric of reality. Call it a hobby. But it was a tiny little hole, no danger to anyone. Suddenly it gets big, and we drive right through it.

DRIVER : But then where is it ? There's nothing, there's just sand !

DOCTOR : All right. If you want proof, (reaches down and picks up some sand) we drove through this.

The Doctor throws the sand at the space behind the bus, revealing a swirling vortex which soon disappears.

 

EXT. TUNNEL, NIGHT

The vortex appears briefly at the mouth of the tunnel.

DETECTIVE : What the hell was that ?

 

EXT. DESERT, DAY

CHRISTINA : And that's ?

DOCTOR : A door. A door in space.

DRIVER : So what you're saying is, on the other side of that is home ? We can get to London through there ?

DOCTOR : The bus came through, but we can't.

DRIVER (looks at the others) : Well, then what are we waiting for ?

DOCTOR : Oh, no, don't.

DRIVER (heads for the portal) : I'm going home, mate !

DOCTOR : I said don't !

The Driver hits the portal and screams as his body catches fire.

 

EXT. TUNNEL, NIGHT

The body of the Driver, now a skeleton, continues its forward momentum, crumbling to the ground the moment it is through. The Detective and the police are stunned.

 

EXT. DESERT, DAY

BLACK YOUTH : He was a skeleton, man ! He was bones, just bones !

 

EXT. TUNNEL, NIGHT

The Detective looks at the still-smoking bones.

DETECTIVE : Dennison, uh... I think we're out of our depth here. We need experts. (into radio) Get me UNIT. Emergency Code One !

 

EXT. DESERT, DAY

DOCTOR (walks back to the bus) : It was the bus. Look at the damage, that was the bus protecting us. Great big box of metal.

CHRISTINA : Rather like a Faraday cage ?

The young man is comforting the female passenger.

YOUNG MAN : Like in a thunderstorm, yeah ? Safest place is inside a car, cos the metal conducts the lightning right through. We did it in school.

CHRISTINA : But if we can only travel back inside the bus... A Faraday cage needs to be closed. That thing's been ripped wide open.

DOCTOR : Slightly different dynamics with a wormhole. There's enough metal to make it work, I think. I hope.

CHRISTINA : Then we have to drive five tonnes of bus, which is currently buried in the sand, and we've got nothing but our bare hands. Correct ?

DOCTOR : I'd say nine and a half tonners, but the point still stands, yes.

CHRISTINA : Then we need to apply ourselves to the problem with discipline ! Which starts with appointing a leader.

DOCTOR : Yes, at last, thank you, so...

CHRISTINA : Well, thank goodness you've got me ! Everyone do exactly as I say ! Inside the bus immediately !

YOUNG MAN : Is it safe in there ?

CHRISTINA : I don't think anything's safe any more, but if it's a choice between baking in there or roasting out here, I'd say baking is slower. Come on ! All of you. Right now ! And you. 'The Doctor'.

DOCTOR : Yes, ma'am.

CHRISTINA : Up ! Come on !

 

INT. BUS, DAY

CHRISTINA : Point five, the crucial thing is, do not panic. Quite apart from anything else, the smell of sweat inside this thing is reaching atrocious levels. We don't need to add any more. Point six. Team identification. Names. I'm Christina, this man is apparently 'the Doctor'.

DOCTOR : Hello.

CHRISTINA : And you ?

YOUNG MAN (waves) : Nathan.

BLACK YOUTH : I'm Barclay.

FEMALE PASSENGER : Angela, Angela Whittaker.

LOU : My name's Louis, everyone calls me Lou, and this is Carmen.

CHRISTINA : Excellent. Memorise those names. There might be a test. Point seven, assessment and application of knowledge. Over to you, the Doctor.

DOCTOR : I thought you were in charge.

CHRISTINA : I am. And a good leader utilises her strength. You seem to be the brainbox. So, start boxing.

DOCTOR (sits on the back of his seat) : Right. So, the wormhole. We were in the wrong place at the wrong time. It was just an accident.

CARMEN : No, it wasn't. That thing, the doorway. Someone made it. For a reason.

DOCTOR : How do you know ?

LOU : She's got a gift. Ever since she was a little girl, she can just... tell things. We do the lottery, twice a week.

CHRISTINA : You don't look like millionaires.

LOU : No, but we win ten pounds. Every week, twice a week, ten pounds. Don't tell me that's not a gift !

DOCTOR (hides his hand behind his back, showing three fingers) : Tell me, Carmen. How many fingers am I holding up ?

CARMEN : Three.

The Doctor adds another finger.

CARMEN : Four.

DOCTOR : Very good ! Low level psychic ability, exacerbated by an alien sun. (sits down across from her). What can you see, Carmen ? Tell me. What's out there ?

CARMEN : Something... Something is coming. Riding on the wind. And shining.

DOCTOR : What is it ?

CARMEN : Death. Death is coming.

ANGELA (weeping) : We're going to die.

BARCLAY : I knew it, man, I said so.

NATHAN : We can't die out here. No-one's gonna find us.

The passengers’ voices begin to overlap.

CHRISTINA : This isn't exactly helping.

BARCLAY : Shut up, we're not your soldiers.

NATHAN : It's not doing any good...

LOU : You’re upsetting her, be quiet.

NATHAN : Will we be bones, like the bus driver ?!

CHRISTINA : Stop whimpering, all of you !

DOCTOR : All right now. Stop it, everyone, stop it !

The arguing stops and the only sound is Angela crying. The Doctor stands in front of her and grips her shoulders.

DOCTOR : Angela, look at me. Angela, Angela, answer me one question, Angela. That's it, at me, at me. (she stops crying and looks at him). There we go, Angela, just answer me one thing. When you got on this bus, where were you going ?

ANGELA : Doesn't matter now, does it ?

DOCTOR : Answer the question.

ANGELA : Just home.

DOCTOR : And what's home ?

ANGELA : Me, and Mike and Suzanne, that's my daughter. She's 18.

DOCTOR : Suzanne. Good. (sits and looks at Barclay). What about you ?

BARCLAY : Dunno. Going round Tina's.

DOCTOR : Who’s Tina ? Your girlfriend ?

BARCLAY : Not yet.

Gives a small smile.

DOCTOR : Good boy. What about you, Nathan ?

NATHAN : Bit strapped for cash, I lost my job last week. I was gonna stay in. Watch TV.

DOCTOR : Brilliant. And you two ?

LOU : I was going to cook.

CARMEN : It's his turn tonight. Then I clear up.

DOCTOR : What's for tea ?

LOU : Chops. Nice couple of chops and gravy. Nothing special.

DOCTOR : Oh, that's special, Lou. That is so special. Chops and gravy. Mmm ! What about you, Christina ?

CHRISTINA : I was going... so far away.

DOCTOR : Far away. Chops and gravy. Watching TV. Mike and Suzanne and poor old Tina.

BARCLAY : Hey !

DOCTOR : Just think of them. ‘Cos that planet out there, all three suns and wormholes and alien sand, that planet is nothing. You hear me ? Nothing compared to all those things waiting for you. Food and home and people. Hold on to that. Cos we're gonna get there. I promise. I'm gonna get you home.

 

EXT. TUNNEL, NIGHT

A small convoy of trucks and cars advances towards the tunnel as UNIT arrives to take charge of the situation.

SOLDIER 1 : Section One, assume position ! Section Two, assume position !

SOLDIER 2 : Section Three, assume position !

SOLDIER 3 : Section Four, assume position !

The soldiers take up position in front of the tunnel, rifles aimed at the mouth. Two more take the tarp off a machine gun mounted on the bed of a truck.

SOLDIER 1 : Spread out !

SOLDIER 2 : Take basic intervention mode !

A female officer steps out from one of the cars.

FEMALE OFFICER : Isolate the area !

SOLDIER 1 : Yes, ma'am.

He leaves.

FEMALE OFFICER : Establish an exclusion zone. Any media, move them back. Any trouble, arrest them.

SOLDIER 2 : Yes, Ma'am.

He leaves.

FEMALE OFFICER : I want the vehicles in the standard Procedure Five layout. All outreach officers will report to me via Sergeant Calhoon, is that understood ?

SOLDIER 3 : Yes, Ma'am.

He leaves.

DETECTIVE : Captain, I'm Detective Inspector McMillan.

CAPTAIN : Clear the area, thank you.

McMILLAN : Yes, but I was here when the... thing... the bus, with the...

CAPTAIN : I've read the report. Now clear the area ! Pandovski, get these men out of the zone.

McMILLAN (is stopped by the soldiers) : There's somebody on that bus... She's mine !

SOLDIER : Just move back, sir.

McMILLAN : All right.

The Captain comes to stand behind the soldiers.

CAPTAIN : Perimeter guard, stand ready. Stay alert. Any hostile activity, shoot to kill.

 

EXT. DESERT, DAY

Barclay and Nathan come out of the bus holding seat cushions. The Doctor meets them.

DOCTOR : Here we go ! That's my boys ! We lay a flat surface between the bus and the wormhole, like duckboards, and reverse into it !

CHRISTINA : Let some air out of the tyres, just a little bit. Spreads the weight of the bus, gives you more grip.

DOCTOR : Oh, that's good !

CHRISTINA : Holidays in the Kalahari.

BARCLAY : Yeah, but those wheels go deep.

CHRISTINA : Then start digging.

BARCLAY : With what ?

CHRISTINA : With this.

She reaches into her bag and pulls out a folding shovel. The Doctor takes it, opens it and then hands it to Barclay.

DOCTOR : Got anything else in there ?

CHRISTINA : Try that, might help with the seats.

Hands Nathan a small axe.

NATHAN : Thanks !

He takes axe and heads back to the bus.

ANGELA (inside the bus) : I can't find the keys.

DOCTOR (runs to the door) : Buses don't have keys. There's a master switch, one button for start, the other one for stop, yeah ?

 

INT. BUS, DAY

Angela is in the driver’s seat.

ANGELA : Right. Hold on, oh, I've got it. (flicks a switch). Here we go, hold tight, ding ding !

She presses the start button but the engine only splutters and dies.

 

EXT. DESERT, DAY

DOCTOR : Oh, that doesn't sound too good. (takes a look at the engine). Oh ! Never mind losing half the top deck, you know what's worse ? Sand. Tiny little grains of sand. The engine's clogged up.

Christina walks around to where Barclay and Nathan are working on the wheels.

CHRISTINA : Anyone know mechanics ?

BARCLAY : Me ! (stands). I did a two-week NVQ at the garage. Never finished it, but...

DOCTOR : Off you go then, try stripping the air filter, fast as you can. Back in two ticks.

The Doctor heads towards the dunes as Barclay goes to look at the engine.

CHRISTINA : Wait a minute ! (follows the Doctor). You're the man with all the answers. I'm not letting you out of my sight.

The same creature watches the Doctor and Christina as they walk through the sand.

 

EXT. DESERT, DAY

The Doctor and Christina are in the middle of the desert, out of sight from the bus.

DOCTOR : Easier if you left that backpack behind.

CHRISTINA : Where I go, it goes.

DOCTOR : A backpack with a spade and an axe. Christina, who's going so far away, and yet scared by the sound of a siren. Who are you ?

CHRISTINA : You can talk. Let's just say we're two equal mysteries.

DOCTOR : We’d make quite a couple.

CHRISTINA : We don't make any sort of couple, thank you very much. Come on then. Tell me. If Carmen's right, if that wormhole's not an accident, then what is it ? Has someone done this on purpose ?

They stop walking.

DOCTOR : I don't know. But every single instinct of mine is telling me to get off this planet, right now.

CHRISTINA : And do you think we can ?

DOCTOR : I live in hope.

CHRISTINA : That must be nice. It's Christina de Souza. (holds out her hand). To be precise, Lady Christina de Souza.

DOCTOR (shakes her hand) : Ooh, that's handy. Cos I'm a Lord.

CHRISTINA : Seriously ? The Lord of where ?

DOCTOR : It's quite a big estate.

CHRISTINA : No, but there's something more about you. That device you were carrying, and the wormhole. Like you knew. And the way you stride around this place, like...

DOCTOR : Like ?

CHRISTINA : Like you're not quite...

DOCTOR : Anyway ! Come on ! Allons-y !

Continues on.

CHRISTINA (follows) : Oui, mais pas si nous allons vers un cauchemar. [Yes, but not if we go towards a nightmare].

DOCTOR (laughs) : Oh, we were made for each other !

They stop on a high dune and look to the horizon.

DOCTOR : Ah. Don't like the look of that.

CHRISTINA (shades her eyes) : Storm clouds. Must be hundreds of miles away.

DOCTOR : Getting closer.

CHRISTINA : If that's a sand storm, we'll get ripped to shreds.

DOCTOR : It's a storm. Who says it's sand ?

They run back.

 

INT. BUS, DAY

Carmen is sitting next to Lou, her eyes closed.

CARMEN : Closer... and closer and closer...

The Doctor gets on the bus followed by Christina and Barclay.

DOCTOR : Where is it ?

BARCLAY : There, there on the seat.

The Doctor picks up Barclay's mobile and using the sonic screwdriver on it.

CHRISTINA : You're hardly going to get a signal, we're on another planet !

DOCTOR : Oh, just watch me. Right, now, bit of hush, thank you. Gotta remember the number, very important number.

Dials.

MAN (over phone) : Hello, Pizza Geronimo ?

DOCTOR (disconnects and redials) : And again ! Ah ! seven-six, not six-seven...

MAN (over phone) : This is the Unified Intelligence Taskforce. Please select one of the following four options.

DOCTOR : Oh, I hate these things !

ANGELA : No, if you keep your finger pressed on zero, you get through to a real person. I saw it on Watchdog !

DOCTOR : Thank you, Angela !

He sits.

WOMAN (over phone) : UNIT helpline, which department would you like ?

DOCTOR : Listen, it's the Doctor ! It's me !

 

EXT. TUNNEL, NIGHT

A Soldier approaches the Captain with a mobile.

SOLDIER : Captain ! Urgent call, ma'am, relayed direct from HQ.

CAPTAIN : Who is it ?

SOLDIER : It’s him, ma’am. It's the Doctor.

The Captain takes the phone.

 

INT. BUS, DAY

The Doctor listening to the Captain on speaker.

CAPTAIN : Doctor. This is Captain Erisa Magambo. (salutes). Might I say, sir, it's an honour.

DOCTOR : Did you just salute ?

CAPTAIN MAGAMBO : No.

DOCTOR : Erisa, it's about the bus. HQ said you're at the tunnel, yeah ?

CAPTAIN MAGAMBO : And where are you ?

DOCTOR : I'm on the bus. But apart from that, not a clue, (looks out window) except it's very pretty and pretty dangerous.

CAPTAIN MAGAMBO : A body came through here. Have you sustained any more fatalities ?

DOCTOR : No, and we’re not going to. But I'm stuck. I haven't got the Tardis, and I need to analyse that wormhole.

CAPTAIN MAGAMBO : We have a scientific advisor on site, Dr Malcolm Taylor.

 

INT. MOBILE PHYSICS LAB, NIGHT

Inside surrounded by electronic equipment is Malcolm, an older man wearing large glasses and a lab coat.

CAPTAIN MAGAMBO (v.o.) : Just the man you need, he's a genius.

DOCTOR (v.o.) : Oh, is he ? We'll see about that.

Captain Erisa enters the lab, shutting the door behind her.

CAPTAIN MAGAMBO : Here's the Doctor.

MALCOLM : No, I'm all right now, thanks. It was just a bit of a sore throat, although I've got to be honest, a cup of tea might be nice.

CAPTAIN MAGAMBO (holds out the phone) : It's THE Doctor.

MALCOLM : Do you mean... “the Doctor” Doctor ?!

On the bus, the Doctor can hear their conversation.

CAPTAIN MAGAMBO : I know. We all want to meet him one day, but we all know what that day will bring.

DOCTOR (v.o.) : I can hear everything you're saying.

Malcolm is incredulous at the Doctor's voice.

MALCOLM : Hello, Doctor ? Oh, my goodness !

DOCTOR : Yes, I am. Hello, Malcolm !

MALCOLM (chuckles) : The Doctor ! Cor blimey. I can't believe I'm actually speaking to you ! I mean, I've read all the files !

DOCTOR : Really ? What was your favourite, the giant robot ? No, no hold on, let's sort out that wormhole. 'Scuse me.

He moves to the front of the bus.

CAPTAIN MAGAMBO : On speakerphone, please. I don't want anyone keeping secrets.

The Doctor is sitting in the driver’s seat. Christina stands behind him, listening.

DOCTOR : Malcolm, something's not making sense here. I've got a storm and a wormhole, and I can't help thinking there's a connection. I need a complete full-range analysis of that wormhole, the whole thing.

MALCOLM : I've probably got the wrong idea, but I've wired up an integrator. I thought it could measure the energy signature.

DOCTOR : No, that'll never work. Just listen to me.

MALCOLM : It's quite extraordinary, though ! I'm measuring an oscillation of 15 Malcolms per second.

DOCTOR : Fifteen what ?

MALCOLM : Fifteen Malcolms. It's my own little term. A wavelength parcel of ten kilohertz operating in four dimensions equals one Malcolm.

DOCTOR : You named a unit of measurement after yourself ?

MALCOLM : It didn't do Mr Watt any harm. Furthermore, 100 Malcolms equals a Bernard.

DOCTOR : And who's that, your dad ?

MALCOLM : Don't be ridiculous, that's Quatermass.

DOCTOR : Right. Fine. But before I die of old age, which in my case would be quite an achievement, so congratulations on that, is there anyone else I can talk to ?

MALCOLM : No, no, no, no, but listen ! I set the scanner to register what it can't detect and inverted the image.

DOCTOR : You did what ?

MALCOLM : Is that wrong ?

DOCTOR : No, Malcolm, that's brilliant ! So you can actually measure the wormhole. OK, I admit, that is genius !

MALCOLM : The Doctor called me a genius.

CAPTAIN MAGAMBO : I know, I heard.

DOCTOR : Now, run a capacity scan. I need a full report. Call me back when you've done it. And Malcolm ? You're my new best friend.

MALCOLM : And you're mine too, sir.

The Doctor ends the call.

DOCTOR : Barclay, I'm holding on to this.

He goes out the door.

BARCLAY : Then you'd better bring it back !

As the Doctor and Christina leave the bus, Nathan is still digging out the tires.

 

INT. MOBILE PHYSICS LAB, NIGHT

MALCOLM : You're mine... He's gone. He's gone.

 

EXT. DESERT, DAY

The Doctor and Christina walk through the desert.

The same creature watches the Doctor and Christina as they walk through the sand.

 

EXT. DESERT, DAY

DOCTOR : Send this back to Earth, see if Malcolm can analyse the storm.

Holds up Barclay's phone.

CHRISTINA : There's something in those clouds, something shining. Look...

DOCTOR : Like metal...

Takes a picture.

CHRISTINA : Why would there be metal in a storm ?

 

INT. BUS, DAY

CARMEN : So fast and strong, they ride the storm. They are the storm.

LOU : But what are they ?

CARMEN : They devour.

 

EXT. DESERT, DAY

While the Doctor is taking photos, Christina hears chirruping.

CHRISTINA : Did you hear something ?

DOCTOR : Hold on. Busy.

CHRISTINA : There was a noise, like a sort of...

She looks around. We then see the Doctor and Christina as if viewed through an insect’s eyes.

CHRISTINA : Doctor...

Christina has seen the insectoid creature watching them.

 

INT. BUS, DAY

CARMEN : There's something new.

 

EXT. DESERT, DAY

The creature approaches them, a weapon in its hand, and speaks. This is the creature that has been watching them. The Doctor answers in its language.

DOCTOR : That's ‘wait’. I shout ‘wait’, people usually wait.

CHRISTINA : You speak the language ?

DOCTOR : Every language.

The Doctor and the creature speak.

DOCTOR : That's begging for mercy.

It motions with its gun.

CHRISTINA : That means 'move'.

DOCTOR : Ooh ! You're learning.

The creature marches them off in front of it.

CHRISTINA : These fly things, they must be responsible. They brought us here.

They arrive at the creature’s crashed ship.

DOCTOR : No, no, no, no, no ! Look at the ship, it's a wreck. They crashed, just like us.

 

INT. ALIEN SHIP, CONTROL ROOM, DAY

The interior of the ship looks like they have been trying to make repairs, wires and electronics exposed.

CHRISTINA : But this place is freezing !

DOCTOR : The hull's made of Photafine steel. Turns cold when it's hot. Boiling desert outside, freezing ship inside. Since I met you, Christina, we've been through all the extremes !

CHRISTINA : That's how I like things. Extreme.

DOCTOR : Oh, this is beautiful ! Intact, it must have been magnificent. A proper streamlined deep-spacer !

CHRISTINA : I'll remember that as I'm being slowly tortured. At least I'm bleeding on the floor of a really well-designed spaceship !

A second creature joins them and touches a device attached to his clothes.

DOCTOR : Oh, right, good, yes, hello ! That's a telepathic translator. He can understand us.

CHRISTINA : Still sounds like gibberish to me.

DOCTOR : That's what I said, he can understand us. Doesn't work the other way round. (translates) "You will suffer for your crimes.” Et cetera. “You have committed an act of violence against the Tritovore race." Tritovores, they're called Tritovores. "You came here in the 200 to destroy us." Sorry, what's the 200 ?

CHRISTINA : It's the bus. Number 200, they mean the bus.

DOCTOR : Oh ! No, look, I think you're making the same mistake Christina did. I'm the Doctor, by the way, and this is Christina, the Honourable Lady Christina, at least I hope she's honourable ! But we got pulled through that wormhole. The 200 doesn't look like that normally. It's broken, just the same as you.

The Tritovores talk to each other. They lower their guns.

CHRISTINA : What are they doing ?

DOCTOR : They believe me.

CHRISTINA : What, as simple as that ?

DOCTOR : I've got a very honest face. And the translator says I'm telling the truth. Plus, the face. Right ! So, first things first, there's a very strange storm heading our way, can you send out a probe ?

The Doctor makes his way to a control panel, followed by the Tritovore with the translator who speaks to him.

DOCTOR : Ah, they've lost power. Hmm, the crash knocked the mainline crystallography out of synch. But if I can jiggle it back... (his kicks the panel and the power comes back on). I thank you ! (the Tritovore chitters). Yes, I am ! Frequently. Okey-doke, let's launch that probe.

 

EXT. DESERT, DAY

The probe flies out from the ship and into the sky.

 

INT. ALIEN SHIP, CONTROL ROOM, DAY

The Doctor and Christina watch the picture sent back from the probe as a hologram projection.

DOCTOR : The Scorpion Nebula. We're on the other side of the universe. Just what you wanted, so far away. (the probe zooms in). The planet of San Helios.

CHRISTINA : And that's us ? We're on another world.

DOCTOR : We have been for quite a while.

CHRISTINA : I know, but seeing it like that...

DOCTOR : It's good, isn't it ?

CHRISTINA : Wonderful.

The Tritovores tell their story.

DOCTOR : The Tritovores were going to trade with San Helios. Population of one hundred billion. Plenty of waste matter for them to absorb.

CHRISTINA : By waste matter, you mean ?

DOCTOR : They feed off what others leave behind. From their... behind, if you see what I mean. It's perfectly natural. They are flies.

CHRISTINA : Charming. Just remind me never to kiss them.

The projection now shows a thriving city with trees and green parks.

DOCTOR : San Helios City.

CHRISTINA : That's amazing. But you've seen this sort of thing before, haven't you ?

DOCTOR : Thousands of times.

CHRISTINA : That Lordship of yours... The Lord of where, exactly ?

DOCTOR : Of Time. I come from a race of people called Time Lords.

CHRISTINA : You're an alien ?

DOCTOR : Yeah. But you don't have to kiss me either.

CHRISTINA : You look human.

DOCTOR : You look Time Lord. Anyway !

CHRISTINA : So if that's San Helios, all we need to do is find that city. They can help us !

DOCTOR : I don't think it's that simple. (the projection changes to the desert). We're in the city right now.

CHRISTINA : But it's sand ! That first image, the temples and things, what's that, then ? Ancient history ?

One of the Tritovores chirrups.

DOCTOR : The image was taken last year.

CHRISTINA : It became a desert in one year ?

DOCTOR (bends over) : I said there was something in the sand. (sand falls through his fingers). The city, the oceans, the mountains, the wildlife and 100 billion people, turned to sand. All those voices in Carmen's head. She's hearing them die.

CHRISTINA : But I've got sand in my hair. That's dead people ! Oh, that's disgusting ! Oh !

DOCTOR : Something destroyed the whole of San Helios.

CHRISTINA : Yes, but in my hair !

The mobile rings and the Doctor pulls it from his pocket.

 

INT. MOBILE PHYSICS LAB, NIGHT

Malcolm is sitting in his chair and has the Doctor on speakerphone. Captain Erisa is there as well.

DOCTOR : Malcolm ! Tell me the bad news !

MALCOM : Oh, you are clever ! It is bad news ! It's the wormhole, Doctor, it's getting bigger ! We've gone way past 100 Bernards, I haven't invented a name for that.

DOCTOR : How can it get bigger by itself ?

MALCOLM : Well, that's why I'm phoning ! You'll work it out, if I know you, sir.

CAPTAIN MAGAMBO : Doctor, we estimate the circumference of your invisible wormhole is now four miles, heading upwards. I've grounded all flights above London. We can't risk anyone else falling through.

DOCTOR : Good work, both of you.

CAPTAIN MAGAMBO : But I have to know. Does that wormhole constitute a danger to this planet ?

The phone beeps and the Doctor looks at it.

DOCTOR : Oh, sorry, call waiting, gotta go.

Switches off.

 

INT. MOBILE PHYSICS LAB, NIGHT

CAPTAIN MAGAMBO : Call waiting ?!

MALCOLM : He's a devil, that one !

 

INT. ALIEN SHIP, CONTROL ROOM, DAY

The Doctor switches calls.

DOCTOR : Yep ?

 

INT. BUS, DAY

The five are sitting on the seats, Barclay comforting Angela.

NATHAN : Doctor, it's Nathan. We got those duckboard things down, but...

ANGELA : It's my fault.

NATHAN : No, it's not, don't say that.

DOCTOR : Why, what’s happened ?

NATHAN : We kept on turning the engine, but... We're out of petrol. Used it all up. Even if we can get those wheels out... This bus is never going to move.

The Doctor lowers the phone.

CHRISTINA : What is it, what's wrong ? Doctor, tell me.

NATHAN : You promised you'd get us home. Doctor ? Are you still there ?

CHRISTINA : Doctor, tell me, what did he say ?

A beeping comes from one of the monitors and the Tritovores chirrup excitedly.

DOCTOR : It's the probe. It's reached the storm.

CHRISTINA : And what's he saying ?

DOCTOR : It's not a storm.

 

EXT. DESERT, DAY

The probe flies through a mass of creatures that look like flying manta rays sending video back to the ship.

 

INT. ALIEN SHIP, CONTROL ROOM, DAY

The Doctor and Christina stand.

CHRISTINA : It's a swarm. Millions of them.

DOCTOR : Billions.

 

EXT. DESERT, DAY

One of the creatures flies straight at the probe, its mouth open showing sharp teeth. The connection is lost.

 

INT. ALIEN SHIP, CONTROL ROOM, DAY

DOCTOR : Ah ! We've lost the probe. I think it got eaten. Everything on this planet gets eaten.

CHRISTINA : How far away is that swarm ?

DOCTOR : Hundred miles. But at that speed, it'll be here in twenty minutes.

The Tritovore chirrups.

DOCTOR : No, they're not just coming for us. They want the wormhole.

CHRISTINA : They're heading for Earth !

DOCTOR : Show the analysis.

One of the Tritovores pulls up a 3D image of the creatures.

DOCTOR : Incredible ! They swarm out of a wormhole, strip the planet bare, then move on to the next world, start the life cycle all over again.

CHRISTINA : So, they make the wormholes ?

DOCTOR : They must do.

CHRISTINA : But how ? They don't exactly look like technicians. And if the wormhole belongs to them, why are they 100 miles away ?

DOCTOR : Because they need to be ? No. That's bonkers. Hang on ! Yes ! Oh ! Do you see ? Billions of them, flying in formation, all around the planet, round and round and round, faster and faster and faster, till they generate a rupture in space ! The speed of them, and the numbers, and the size, all of that rips the wormhole into existence !

CHRISTINA : And the wormhole's getting bigger ?

DOCTOR : Because they're getting closer !

CHRISTINA : But how do they get through ? Cos that wormhole's a killer, we've seen it !

DOCTOR : No, no, see the exo-skeleton ?

CHRISTINA : Metal.

DOCTOR : They've got bones of metal ! They eat metal, and extrude it into the exo-skeleton ! So their velocity makes the wormhole, then their body makes it safe ! Perfect design !

CHRISTINA : Those things are going to turn the entire Earth into a desert. So why exactly are you smiling ?

DOCTOR : Worse it gets, the more I love it !

CHRISTINA : Me too.

 

EXT. DESERT, DAY

The swarm gathers speed and there is a squealing sound as they cut through the air.

 

INT. BUS, DAY

There is a loud rumbling heard.

NATHAN : Sounds like a storm.

ANGELA : If it rains, we've got water.

CARMEN : No water. All of it, dust. But the girl...

LOU : Don't now, sweetheart. What girl ?

CARMEN : The girl, she will fly.

 

INT. ALIEN SHIP, CONTROL ROOM, DAY

CHRISTINA : The thing is, Doctor, you're missing the obvious. We came here through the wormhole, yes ? But our Tritovore friends didn't. They came here to trade with San Helios. Therefore, the question is, why did they crash ?

DOCTOR : Ah, good question ! What a team ! Like she said, why did you crash ?

 

INT. ALIEN SHIP, WELL ROOM, DAY

One of the Tritovores leads them to another room where there is a large open hole in the floor.

DOCTOR : Oh, yes. Gravity Well, look. Goes all the way down to the engine. So what happened ? (alien chirrups). He says the drive system stalled. Ten miles up, they fell out of the sky. But what caused that ?

The Tritovore shrugs.

CHRISTINA : Which means, ‘no idea’.

DOCTOR : Yeah. But wait a minute, that's a crystal nucleus down there, yes ? (Tritovore answers). And it looks like it survived the crash. If the crystal's intact... Oh, yes, that's better than diesel !

CHRISTINA : What, you can use the crystal to move the bus ?

DOCTOR : I think so. The spaceship's a write-off, but the 200's small enough.

CHRISTINA : How does a Crystal drive a bus ?

DOCTOR : In a super-clever outer-spacey way, just trust me ! (pulls up a feed on a monitor). There's the crystal ! It's fallen to the bottom of the well. Have you got access shafts? (Tritovore answers). All frozen ? Maybe I can open them ! Internal comms, put that on. (gives Christina a Bluetooth-like device and runs for the door). You stay here, keep an eye on the shaft. Tell me if anything happens.

Leaves followed by the Tritovore. Christina removes her pack and sits at the edge of the well, a smile crossing her face.

 

INT. ALIEN SHIP, CONTROL ROOM, DAY

The Doctor rushes to a bank of machinery.

DOCTOR : If I can use that sunlight to start the automatic maintenance. Christina ?

 

INT. ALIEN SHIP, WELL ROOM, DAY

DOCTOR (pulls out some cables) : If you see a panel opening in that shaft, let me know.

CHRISTINA (puts on a harness) : Nothing yet.

DOCTOR (connects cables) : Anything now ?

CHRISTINA (puts her hair up) : 'Fraid not.

DOCTOR : Any sign of movement ?

CHRISTINA : Nope.

DOCTOR : How's that ?

CHRISTINA : Nothing.

Sets up a wire cable and winch.

DOCTOR : Any result ?

CHRISTINA : Not a dickie bird. (attaches the cable to the harness). So let me get this right. You need that crystal ? (pulls a small torch from her bag and attaches it by Velcro to the harness). Then consider it done.

DOCTOR : Why, what d'you mean ? Christina ? Christina !

Runs to the well room.

CHRISTINA : The aristocracy survives for a reason. We're ready for anything.

Christina swan dives into the gravity well just as the Doctor enters.

DOCTOR : No !

 

INT. ALIEN SHIP, GRAVITY WELL, DAY

Christina falls through the well, arms outstretched.

 

INT. ALIEN SHIP, WELL ROOM, DAY

The Doctor uses the sonic screwdriver on the pulley.

 

INT. ALIEN SHIP, GRAVITY WELL, DAY

Christina stops.

 

INT. ALIEN SHIP, WELL ROOM, DAY

DOCTOR : That's better.

 

INT. ALIEN SHIP, GRAVITY WELL, DAY

CHRISTINA : I decide when I stop, thank you.

DOCTOR : You're about to hit the security grid. Look !

There is a field of crackling energy just below her.

CHRISTINA : Excellent. So what do I do ?

DOCTOR : Try the big red button.

CHRISTINA (presses the button on the wall) : Well done !

DOCTOR : Now come back up ! I can do that.

CHRISTINA : Oh, don't you wish ?

DOCTOR : Slowly !

CHRISTINA : Yes, sir.

Continues head-first.

DOCTOR : Quite the mystery, aren't you ? Lady Christina de Souza. Carrying a winch in her bag.

CHRISTINA : No stranger than you, spaceman.

DOCTOR : I had this friend, once. She called me spaceman.

CHRISTINA : And was she right ? Do you zoom about the place in a rocket ?

DOCTOR : Well, a little blue box. Travels in more than space. It can journey through time, Christina. Oh, the places I've been. World War One. Creation of the universe, end of the universe, the war between China and Japan. (looks in her bag and sees the chalice she stole). And the Court of King Athelstan, in 924 AD. (lifts out the cup). But I don't remember you being there. So what are you doing with this ?

CHRISTINA : Excuse me. A gentleman never goes through a lady's possessions.

The Tritovore chirrups.

DOCTOR : It's the Cup of Athelstan. Given to the first King of Britain, as a coronation gift from Hywel, King of the Welsh. But it's been held in the International Gallery for 200 years, which makes you, Lady Christina, a thief.

CHRISTINA : I like to think I liberated it.

DOCTOR : Don't tell me you need the money.

CHRISTINA : Daddy lost everything. Invested his fortune in the Icelandic banks.

DOCTOR : No, no, no, if you're short of cash, you rob a bank. Stealing this, that's a lifestyle.

CHRISTINA : I take it you disapprove ?

DOCTOR : Absolutely. Except, that little blue box. I stole it. From my own people.

CHRISTINA : Good boy. You were right. We're quite a team.

There is a loud screeching from the lower levels of the ship.

CHRISTINA : What the blazes was that ?

DOCTOR : We never did find out why the ship crashed. Christina, I think you should come back up.

CHRISTINA : Too late. I can see it.

DOCTOR : Careful. Slowly. (to Tritovore) Have you got an open-vent system ? (alien answers). I thought so.

CHRISTINA : What does that mean ?

DOCTOR : It's like when birds fly into the engines of an aircraft.

Christina has reached the bottom and sees one of the creatures.

CHRISTINA : One of the creatures.

DOCTOR : Got trapped in the vents. Caused the crash. Christina, get out.

Stands.

CHRISTINA : It's not moving, I think it's injured.

DOCTOR : No, it's dormant, because it's so cold down there. But your body heat is raising the temperature.

CHRISTINA : I tend to have that effect. Almost there.

Tries to release the crystal.

DOCTOR : Not just the crystal. I need the whole bed, the plate thing.

Christina lifts it from the ground just as the creature moves.

CHRISTINA : I've got it !

The Doctor uses the screwdriver on the winch.

DOCTOR : Come on, come on !

The creature follows Christina up the well.

DOCTOR : Come on, come on, come on, come on ! It's gonna eat its way up !

Christina hits the red button on the way up, turning on the field. The creature flies into it and shrieks.

DOCTOR : Oh, she's good !

Christina arrives at the top of the well and the Doctor swings her over to the side, taking the crystal and its couplings.

DOCTOR : That's it, that's it. I've got you, I've got you !

The Tritovore takes the crystal and chirrups at the Doctor.

DOCTOR : Isn't she just ?

 

INT. ALIEN SHIP, CONTROL ROOM, DAY

The Doctor, Christina and the Tritovore run to the control room where the other Tritovore stands by the controls. The Doctor holds the crystal.

DOCTOR : Commander ! Mission complete ! Now we've got to get back to the 200, all of us. (Commander chitters) Oh, don’t be so daft! A captain can leave his ship if there's a bus standing by.

They hear a rumbling.

CHRISTINA : What the hell was that ? Is this place safe ? It's the creature. It's not dead.

DOCTOR : Maybe you didn't hit just one of them. If you hit a swarm...

CHRISTINA : Do you mean if there's more on board ?

DOCTOR : This ship's built inside a metal sleeve. They can move through the infrastructure, all around us.

The creature thuds against the wall.

DOCTOR : And they wake up hungry. Commander, you've got to come with us, right now !

CHRISTINA : You can come back to Earth, we'll find you a home !

DOCTOR : And that's the word of a lady ! Come on !

One of the Tritovores starts after the Doctor and Christina. As the second turns to follow, one of the creatures drops through the ceiling and eats it. The first Tritovore takes out its gun and prepares to shoot.

DOCTOR : No, don't !

The Tritovore advances and is eaten by the creature. The Doctor pushes Christina ahead of him as they leave.

DOCTOR : There's nothing we can do. Run !

The Doctor and Christina run through the corridors of the ship.

 

EXT. DESERT, DAY

The Doctor and Christina race across the desert in front of the swarm.

 

INT. BUS, DAY

The others see the swarm approaching, but still think it’s only a storm.

ANGELA : What sort of storm is that ?

CARMEN (knowing the Doctor and Christina are running) : Run ! Run, run, run, run, run !

 

EXT. DESERT, DAY

The mobile rings.

 

INT. MOBILE PHYSICS LAB, NIGHT

MALCOLM : Doctor...

DOCTOR : Not now, Malcolm !

MALCOLM : Fair do's. He's a busy man.

 

EXT. DESERT, DAY

They reach the bus. Nathan and Barclay stand at the door.

NATHAN : At last ! Where've you been ?!

DOCTOR : Get inside, get them sitting down. Now then, let's have a look.

Holds the crystal.

CHRISTINA : So what does that crystal do ?

DOCTOR (tosses it over his shoulder) : Oh, nothing, don't need the crystal.

CHRISTINA : I risked my life for that !

DOCTOR : No no, you risked your life for these. (unhooks one of the clamps). The clamps! (runs to the driver’s side front tire and attaches a clamp). One there. (rear tire). One there. (other rear tire). One there. (other front tire). And one there !

Goes inside the bus.

 

INT. BUS, DAY

CHRISTINA : But what are the clamps for ? Do they turn the wheels ?

DOCTOR (sits in the driver’s seat) : Something like that. I just need to fix this. Have you got a hammer in that bag ?

CHRISTINA : Funnily enough.

Pulls a hammer from her bag.

DOCTOR : Phone, phone... (hands her the phone). Press redial.

Christina dials the phone as the Doctor hooks the “plate thing” to the steering wheel. Christina holds the phone to the Doctor's ear.

DOCTOR : Malcolm, it's me !

 

INT. MOBILE PHYSICS LAB, NIGHT

Malcolm pops up from the floor wearing very large goggles/binoculars.

MALCOLM : I'm ready !

DOCTOR : Ready for what ?

MALCOLM : I don't know ! You tell me !

DOCTOR : I'll try to get back. There might be something following us. You need to find a way to close the wormhole.

MALCOLM : Would that be a compressed burst of feedback on a counter-oscillation, perchance ?

DOCTOR : Oh, Malcolm ! You're brilliant !

MALCOLM : Coming from you, sir, that means the world.

CAPTAIN MAGAMBO : Doctor, what sort of something ? That wormhole is now measuring ten miles and growing, I need to know the exact nature of the threat.

DOCTOR : Sorry, gotta go.

Nods to Christina who ends the call.

 

INT. MOBILE PHYSICS LAB, NIGHT

CAPTAIN MAGAMBO (into radio) : All troops, mobilise and stand ready. Possible Code Red. Unknown !

 

EXT. TUNNEL, NIGHT

SOLDIER 1 : Understood. Code Red ! Repeat, Code Red unknown !

SOLDIER 1 : Positions !

The soldiers take their positions and aim their rifles at the tunnel opening.

 

INT. BUS, DAY

The Doctor is still working on the steering wheel. It sparks.

DOCTOR : Ah, it's not compatible ! Bus, spaceship, spaceship, bus. I need to weld the two systems together.

CHRISTINA : And how do you do that ?

DOCTOR : I need something non-corrosive, something malleable, something ductile, something... (looks at Christina). Gold.

CHRISTINA : Oh, no you don't.

DOCTOR : Christina, what is it worth now ?

Barclay comes forward offering his watch.

BARCLAY : Hey, hey, use this !

DOCTOR : I said gold.

BARCLAY : It is gold.

DOCTOR : Oh, they saw you coming. Christina !

Barclay heads back to his seat dejectedly. Christina looks at her bag and then looks back at the other passengers. She then takes out the cup and holds it out.

CHRISTINA : It's over 1,000 years old. Worth £18 million. Promise me you'll be careful.

DOCTOR (takes cup gently) : I promise.

Turns the cup upside-down and proceeds to bang it with the hammer.

CHRISTINA : I hate you.

 

INT. MOBILE PHYSICS LAB, NIGHT

Malcolm taps away at his keyboard and the computer beeps.

MALCOLM : Done it ! Transmit that, and the wormhole should close.

CAPTAIN MAGAMBO : Then do it.

MALCOLM : Well, after the Doctor's come through, obviously.

CAPTAIN MAGAMBO : I'm sorry. Believe me. That wormhole constitutes a major threat, and I have a duty to every man, woman and child on this planet. It's got to be closed immediately.

MALCOLM : No, no, no.

CAPTAIN MAGAMBO : That's an order.

MALCOLM : No, no, no. No, we can't just abandon him ! He's the Doctor ! How many times has he saved our lives ? I won't let you, ma'am. I simply won't !

Erisa cocks her gun and aims it at Malcolm's head.

CAPTAIN MAGAMBO : Right now, soldier.

 

INT. BUS, DAY

DOCTOR : This is your driver speaking ! Hold on tight !

BARCLAY : What for ? What's he doing ?

CHRISTINA : Do as he says ! (hushed to Doctor). What are you doing ?

DOCTOR (coaxes engine) : Come on, that's it... You can do it, you beauty ! One last trip !

The bus powers up and rattles. It then rises from the sand and the passengers in the back make sounds of astonishment.

BARCLAY (looks out window) : Ah, you are so kidding me !

NATHAN : We're flying ! It's flying !

LOU : He's flying the bus !

ANGELA : It's a miracle !

DOCTOR : Anti-gravity clamps. Didn't I say ? Round we go.

The Doctor turns the bus around so they are facing away from the oncoming swarm and aimed at the wormhole.

CARMEN (looks out back window) : Doctor ! They're coming !

The Doctor and Christina look out the side-view mirrors.

 

INT. MOBILE PHYSICS LAB, NIGHT

Malcolm holds his keyboard in front of him like a shield.

MALCOLM : I will never surrender. Never.

 

INT. BUS, DAY

CHRISTINA : Do you think this thing will survive the journey back ?

DOCTOR : Only one way to find out ! Next stop...

CHRISTINA : Planet Earth !

Everyone holds on tight and yells as the Doctor propels the bus through the wormhole.

 

EXT. TUNNEL, NIGHT

There is a flash of light before the wormhole becomes visible and the bus comes through and flies over the heads of those assembled.

 

INT. BUS, NIGHT

The bus is flying above London.

BARCLAY : It's London !

ANGELA : We're back home !

NATHAN : He did it ! He did it !

 

EXT. TUNNEL, NIGHT

One of Erisa's soldiers runs to the lab door.

SOLDIER : Captain !

 

INT. MOBILE PHYSICS LAB, NIGHT

SOLDIER (v.o.) : Captain ! They're back ! It's the bus, ma'am, it comes back. And it's flying !

Erisa Magambo lowers her gun and goes outside.

 

EXT. TUNNEL, NIGHT

As Erisa Magambo comes out to see, three of the manta creatures fly through the wormhole.

CAPTAIN MAGAMBO : Code Red ! Fire at will !

The soldiers open fire on the creatures, some of the bullets reach the bus.

 

INT. MOBILE PHYSICS LAB, NIGHT

Malcolm peers out the window before going to answer his phone.

 

INT. BUS, NIGHT

DOCTOR : Malcolm ! Close that wormhole !

MALCOLM : Yes, sir ! My pleasure, sir !

Goes to his computer.

DOCTOR : He's hung up on me !

 

INT. MOBILE PHYSICS LAB, NIGHT

Malcolm presses a button on his keyboard.

MALCOLM : Yes !

The electronics spark.

MALCOLM : Oh, no, no ! No !

One large spark sends him toppling over backwards in his chair.

 

EXT. TUNNEL, NIGHT

The soldiers continue to fire at the creatures.

 

INT. MOBILE PHYSICS LAB, NIGHT

Malcolm tries to put out a fire. His phone rings.

 

INT. BUS, NIGHT

DOCTOR : Malcolm ?

MALCOLM : Not now, I'm busy.

Sets phone down.

DOCTOR : He's hung up again !

Malcolm's phone rings again.

DOCTOR : Malcolm ! Listen to me !

MALCOLM : It's not working !

DOCTOR : I need that signal. We've got billions of those things about to fly through !

MALCOLM : Well, what do I do ?

DOCTOR : Loop it back through the integrator, and keep the signal ramping up.

MALCOLM : But by how much ?

DOCTOR : 500 Bernards ! Do it now !

Malcolm makes the adjustments on the computer and it works.

MALCOLM : Yes !

 

EXT. TUNNEL, NIGHT

The wormhole closes.

 

EXT. DESERT, DAY

Just as the rest of the creatures are about to reach it, the wormhole closes.

 

EXT. TUNNEL, NIGHT

The UNIT soldiers continue to fire at the three creatures as they fly overhead.

SOLDIER 1 : Maintain rapid fire ! Fire !

 

INT. MOBILE PHYSICS LAB, NIGHT

Malcolm opens the door and puts on a scarf, coat and fingerless gloves.

MALCOLM : Yes !

 

EXT. TUNNEL, NIGHT

CAPTAIN MAGAMBO : Target at nine o'clock ! (They fire at the creature. Even missiles don’t hurt it) I don't believe it, guns don’t work !

 

INT. BUS, NIGHT

NATHAN : Doctor, it's coming for us !

One of the creatures heads for the open window, but swerves away like it’s playing with them.

DOCTOR : Oh, no, you don't !

Swerves the bus and bats the creature away.

 

EXT. TUNNEL, NIGHT

CAPTAIN MAGAMBO : Twelve o'clock ! Take it out !

SOLDIER : Fire !

They fire at the creature and this time the missile brings it down.

CAPTAIN MAGAMBO : Cease fire !

SOLDIER : Cease fire !

CAPTAIN MAGAMBO : Arms down !

 

INT. BUS, NIGHT

CHRISTINA : Did I say I hated you ? I was lying.

Grabs the Doctor by the jacket and lays a long kiss on him. The others on the bus cheer and clap.

DOCTOR (looks stunned) : Do not stand forward of this point. Ladies and gentlemen, you have reached your final destination. Welcome home, the mighty 200.

 

EXT. TUNNEL, NIGHT

Everyone watches as the bus comes in for a landing, bell ringing. Once it touches down safely, they applaud. The Doctor opens the bus door with the sonic screwdriver. Everyone gathers their belonging and puts on their jackets. A Soldier greets the passengers as they get off the bus.

SOLDIER : Welcome back. If you could step away from the bus to be safe. As fast as you can. It's standard procedure. We need to screen you, and then you'll all be taken to debriefing.

DOCTOR (holds up psychic paper) : I don't count.

CHRISTINA (makes to follow) : No, but Doctor...

SOLDIER (takes her arm) : With me, ma’am.

The Doctor heads towards Erisa, but Malcolm sees him.

MALCOLM : Doctor !

DOCTOR : You must be Malcolm !

MALCOLM (grabs the Doctor in a large hug) : Oh ! Oh, I love you. (ends the hug). I love you, I love you.

CAPTAIN MAGAMBO : To your station, Doctor Taylor.

MALCOLM : Yes, ma'am. (heads back to the lab but turns and points at the Doctor). I love you !

The Doctor points back with a smile and Malcolm continues on.

CAPTAIN MAGAMBO : Doctor, (salutes) I salute you, whether you like it or not. Now, I take it we're safe from those things ?

DOCTOR : They'll start again. Generate a new doorway. It's not their fault, it's their natural life cycle. But I'll see if I can nudge the wormholes on to uninhabited planets. Closer to home, Captain, those two lads, (looks at Barclay and Nathan) very good in a crisis. Nathan needs a job, Barclay's good with engines. You could do a lot worse. Privates Nathan and Barclay, UNIT's finest.

CAPTAIN MAGAMBO : I'll see what I can do.

Christina and the others are being tested for radiation with a handheld Geiger counter.

CAPTAIN MAGAMBO : And I've got something for you.

A tarp is dropped to reveal the TARDIS. The Doctor laughs and walks over to it.

DOCTOR : Better than a bus, any day ! Hello !

CAPTAIN MAGAMBO : Found in the gardens of Buckingham Palace.

DOCTOR : Oh, she doesn't mind.

CAPTAIN MAGAMBO : Now, I've got three dead alien stingrays to clear up. I don't suppose you fancy helping with the paperwork ?

DOCTOR : Not a chance !

CAPTAIN MAGAMBO : Till we meet again, Doctor.

DOCTOR : I hope so.

They shake hands and Erisa leaves. Angela is standing next to Nathan as she calls her daughter.

ANGELA : I said I'm back, Suzanne, I'm home ! (to Nathan) They didn't even know I was gone !

The Geiger counter monitoring Christina beeps loudly but she’s had enough.

CHRISTINA : That's quite enough of that !

Runs towards the Doctor.

McMILLAN (spots Christina) : She is not getting away this time.

CHRISTINA : Little blue box ! Just like you said ! Right then, off we go ! Come on, Doctor, show me the stars !

DOCTOR : No.

CHRISTINA : What ?

DOCTOR : I said no.

CHRISTINA : But I saved your life. And you saved mine.

DOCTOR : So ?

CHRISTINA : We're surrounded by police. I'll go to prison.

DOCTOR : Yeah.

CHRISTINA : But you were right, it's not about the money. I only steal things for the adventure, and today, with you... I want more days like this. I want every day to be like this. We're made for each other, you said so yourself. The perfect team. Why not ?

DOCTOR : People have travelled with me and I've lost them. Lost them all. Never again.

McMillan arrives with uniformed officers.

McMILLAN : Lady Christina de Souza ! Oh, I have waited a long time to say this. I am arresting you on suspicion of theft.

DENNISON (handcuffs her hands behind her back) : You do not have to say anything, etcetera, etcetera. Dennison, take her away.

The Doctor does nothing as she is led away. Carmen and Lou come over to him.

CARMEN : Doctor ? You take care, now.

DOCTOR (smiles) : You too ! Chops and gravy, lovely !

CARMEN : No, but you be careful. Because your song is ending, sir.

DOCTOR (smile disappears) : What do you mean ?

CARMEN : It is returning. It is returning through the dark. And then, Doctor... Oh, but then... He will knock four times.

Carmen and Lou leave. The Doctor just stares ahead for a few moments. He then looks back to where Christina is being led to the police car. He uses the sonic screwdriver, unlocking the handcuffs. Christina lets them place her in the back seat and then scoots over, gets out the other side and runs for the bus. McMillan and Dennison give chase.

McMILLAN : No ! Stop that woman ! Stop that woman ! Stop her ! Don't just stand there, stop her !

Once in the bus, Christina closes the door. The Doctor saunters up to the bus.

McMILLAN : Open the door ! I'll add resisting arrest !

DOCTOR : I'd step back, if I were you.

McMILLAN : I'm charging you too ! Aiding and abetting !

DOCTOR : Yes, I'll just step inside this police box and arrest myself.

Heads back to the TARDIS.

McMILLAN : Out, now !

Christina waves and starts the bus. McMillan watches helplessly as it takes off.

McMILLAN : No ! Come back !

Everyone watches and laughs as Christina escapes.

ANGELA : Go on.

The Doctor stops by the TARDIS door and looks up as Christina stops the bus and opens the door.

CHRISTINA : We could've been so good together.

DOCTOR : Christina. We were.

They both smile and Christina closes the door. The bus flies off into the sky and the other passengers of Bus 200 cheer. The Doctor slips into the TARDIS.

 

END

 

Source : jpgr.livejournal.com

Kikavu ?

Au total, 23 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

breched 
02.11.2021 vers 18h

ElevenStra 
30.10.2021 vers 14h

Luna25 
19.10.2021 vers 21h

carine79 
31.08.2021 vers 10h

AmbreChv 
19.08.2021 vers 15h

Naitia 
29.03.2021 vers 23h

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 5 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

annabeth 
choup37 
Hombidule 
Merane 
owhar 
Ne manque pas...

Participe au nouveau défi HypnoFanfics!
Défi HypnoFanfics 3 | Participer

Activité récente
Actualités
Rediffusion de Doctor Who sur NRJ 12 à compter du 6 juillet prochain à 21h10

Rediffusion de Doctor Who sur NRJ 12 à compter du 6 juillet prochain à 21h10
 Envie de vous replonger dans la saison 11, la chaîne NRJ12 va rediffuser la saison à compter du 6...

 Criminal Record : Peter Capaldi et Cush Jumboannoncé dans la nouvelle série d'Apple TV

Criminal Record : Peter Capaldi et Cush Jumboannoncé dans la nouvelle série d'Apple TV
Peter Capaldi vient d'être annoncé au casting de la nouvelle série d'Apple TV, Criminal...

Nouvel épisode virtuel

Nouvel épisode virtuel
Un nouvel épisode virtuel vient de rejoindre la bibliothèque de la citadelle, cet OS a été écrit...

Doctor Who Redacted : le dernier épisode est en ligne

Doctor Who Redacted : le dernier épisode est en ligne
Le 17 avril dernier, BBC Sounds lancait un spin-off audio de la série, comme annoncé dans la news du...

Wilderness : Jenna Coleman bientôt dans le nouveau drame d'Amazon Original

Wilderness : Jenna Coleman bientôt dans le nouveau drame d'Amazon Original
Jenna Coleman et Oliver Jackson-Cohen (The Haunting) ont été annoncé comme les rôles principaux du...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage

Sondage humour.. Beaucoup de rumeurs courent sur le futur interprète du Docteur.. Mais qui pour prendre la place de Jodie?!

Total : 20 votes
Tous les sondages

HypnoRooms

bloom74, 21.06.2022 à 07:34

Bonjour, dernier jour pour voter pour la manche2 de la SuperBattle du quartier The Boys. A vous de jouer.

KylianM, 21.06.2022 à 17:12

Venez récompenser les séries quotidiennes françaises avec Les Quotidiennes Awards sur le quartier de Plus belle la vie !

CastleBeck, 22.06.2022 à 11:27

Le survivor du quartier This Is Us compte sur vos votes! Merci

ShanInXYZ, 22.06.2022 à 17:10

Nouveau thème dans Voyage au centre du Tardis, quelle photo de Dan Lewis allez vous nous dénicher ? Passez voir le Docteur

bloom74, 22.06.2022 à 17:34

Et voilà la 3e Manche de la SuperBattle est en cours, les combats de titans ont commencé. Retrouvez les sur le quartier The Boys !

Viens chatter !